Jeu Vidéo; Star Wars; Star Wars The Old Republic; forum communautaire; Rôle Play; MMORPG.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chapitre V - Déchance - Pradzia iv tave Siqsaé

Aller en bas 
AuteurMessage
Djïnn
Ton Dieu
avatar

Messages : 274
Date d'inscription : 20/01/2015
Age : 29
Localisation : Dans ton cul

MessageSujet: Chapitre V - Déchance - Pradzia iv tave Siqsaé   Lun 12 Nov - 14:44

« C’est impossible ! »

Il asséna un puissant coup de poing sur l’accoudoir du trône. La Force en trembla elle-même. Son interlocutrice pouvait le sentir. Droite comme un « i », elle avait l’impression que ses os se recroquevillaient à l’intérieur de sa chair. Elle ne devait pas bouger, elle ne devait rien laisser transparaitre. Le Moff Naeliel soutenait le regard enragé du Darth. Elle ne cillait pas.

Oui, l’opération Lune Meurtrie avait été un échec. Cette station de minage perdue aux confins de la galaxie, posée sur un astéroïde riche d’un gaz rare et qui aurait permis au Seigneur Noir Sevrous de terminer sa super-arme. « L’Annihilateur », une puissance de destruction comme jamais vue. Capable de faire surchauffer l’atmosphère d’une planète jusqu’à la transformer en un désert aride. Il avait tout prévu : installation secrètes, usurpation de plusieurs entreprises, construction d’un croiseur… Tout était prêt. La raffinerie aurait été opérationnelle avec cette ressource. La destruction aurait recommencée… Comme sur Syndaar. Identique à Gala. Une telle cruauté n’est pas l’Empire. Et elle ne saurait soutenir de tels actes.

Oui, l’opération Lune Meurtrie avait été une victoire. Elle fut contactée par un homme qui se faisait appeler « Le Milicien ». Leur relation épistolaire et les erreurs de son Maître ne conduit qu’à une chose : elle dû ployer le genou face à un homme qui ne le dominait que grâce à son pouvoir et sa position. Elle était arrivée à ce titre par des valeurs qu’il ne représentait pas. Il n’était pas l’Empire. Mais elle devait survivre, affronter le présent pour sauvegarder l’héritage de Darth Siqsa. Et le souffle du Dragon était encore chaud, dans son cœur comme dans les sables amers de Tatooïne.
Elle sélectionna les hommes pour cette mission. La petite armée du Seigneur Fenn, qui avait été retirée à cette dernière depuis que le chef du Cercle avait décidé d’en faire son limier personnel. Son exécutrice. Son chien de guerre.
Les Soldats devaient prendre cette station minière, abandonnée depuis des années et servant de repère à des pirates. En réalité ? Fidèles à leur ancienne Maîtresse et ayant encore la foi dans les préceptes de l’ancien étendard qu’ils dirigeaient, ces émissaires du chaos ont feint la mort en faisant exploser entièrement le complexe. Ainsi, ils devaient déjà être arrivés sur la planète du Milicien. Fiers de gonfler les rangs de ce qui serait bientôt une rébellion sanglante.

Elle était impassible. Elle attendait la sanction pour cet échec et était prête à en payer le prix. Darth Sevrous fulminait, bouillait intérieurement. Il se leva lentement de son trône. Et ce fut la dernière chose qu’elle vit avant que son regard se trouble. L’environnement devenait flou. Ses oreilles bourdonnaient. La sueur commençait à perler abondement de tous les ports de sa peau. Déjà à genoux, elle chercha le sol pour soutenir son corps vacillant. Ses tympans sifflaient de plus en plus fort. Elle avait l’impression que son cerveau fondait, se déchirait. Elle se mit à hurler d’une douleur qu’elle n’avait jusqu’à lors jamais ressentie. Cette Affliction, cette punition que lui infligeaient son Seigneur et Maître était un sort pire que la mort. Sa conscience la quitta, l’effort pour rester éveillée était trop grand, trop insupportable…


Il descendit les marches qui le séparait du commun des mortels. Contemplant le corps recroquevillé du Moff Naeliel, calmant se nerfs à la vue des convulsions qui animaient sa victime. Il fit appel à sa garde personnelle. Ceux-ci se précipitèrent à ses devants :

« Débarrassez-moi de ça. Emmenez là à l’infirmerie. »

Les deux gardiens s’exécutèrent sans demander leur reste. Mais Darth Sevrous ne put profiter du calme et du silence. On se présentait à nouveau à sa porte. Il se positionna dos à l’entrée, contemplant l’un des feux qui bordait son trône :

« Entrez, marmonna t’il. »

Sans voir son interlocuteur, il savait que c’était un utilisateur de la Force. Une aura faible, qu’il ne connaissait pas.
L’homme qui venait d’entrer était en costume diplomatique, il s’inclina devant le Seigneur Noir et entama son discours :

« Seigneur Noir Sevrous, je suis Kajin Tae, émissaire de son Altesse : l’Empreur Vowrawn. »

Le ton monocorde de ce sous-fifre n’avait rien pour plaire. Vowrawn ne pouvait pas se déplacer lui-même plutôt que de lui envoyer ses rebus ? Il avait vraiment hâte de positionner son sabre dans la gorge de cet inepte royal. De quitter ce Cercle d’influence emplit de minables et de partisan d’aliens. Ces imbéciles ne comprennent rien à la tradition, rien aux Sith. Ce ne sont que des ombres, les partisans d’un Empire faiblard aux idées le conduisant à sa perte. Lui dirigerait les Sith vers ce qu’ils doivent vraiment êtres : des esclaves à son service, son Empire, son chemin pavé d’or vers la domination absolue de tout ce qui vie, non ! Tout ce qui existe dans la Galaxie !
Mais il fallait procéder par étapes… A commencer par écouter cet envoyé dont les abatis étaient déjà numérotés :

« J’écoutes ce que vous avez à dire, émissaire Tae.
- L’Empereur est courroucé, votre Excellence. Votre cercle d’influence immense n’est pas compatible avec son Empire. »

Son Empire ? Comment ose-t-il ? Le véritable Empire, c’était lui ! Que L’Empereur et ses idées saugrenues aillent au diable ! Il crispa sa mâchoire pour ne pas tuer ce misérable instantanément :

« L’Empire doit se reformer, poursuivit Kajin Tae, retrouver ses marques. L’Empereur veut reformer le Conseil Noir et retrouver vers un âge d’or. La destruction de nos valeurs par l’Empereur Fou ne doit plus nous impacter. Zakel étant vaincu, l’Alliance Eternelle dissoute, nous devons revenir à une existence traditionnelle. »

Il parle de traditions… Un Empereur pathétique qui a besoin de reformer un Conseil de douze Sith prêt à le poignarder dans le dos à la moindre occasion. C’était si stupide que son crâne chauve se plissait de fureur contre son consentement. Vowrawn voulait saper son autorité ! Ça ne se passerait pas comme ça :

« J’espère pour vous, Tae, que vous venez m’annoncer qu’un siège m’y est réservé.
- Non, votre Excellence. Malgré le respect que je vous dois et l’admiration sans faille que je vous voue pour votre purge de l’Empire, l’Empereur m’a intimé de vous délivrer le message suivant.
- L’Empereur ne tient pas à votre vie, émissaire.
- Je suis loyal à mes obligations, Excellence. Si vous me tuez, quelqu’un d’autre viendra vous donner ces faits. Et il ne sera pas aussi conciliant que mon humble personne. »

Tant de flatteries pour cacher l’indéniable choix d’un Empereur sans aucun mérite. Sans aucunes passions. Il s’était retrouvé là parce qu’il ne restait que lui encore debout dans le Conseil. Et il était passé après une femme ! Ah ! Acina, celle qui nous a fait perdre la guerre de Iokath ! Les femmes sont comme les aliens, des indésirables qui privilégie le mariage à la passion. Elles obtiennent le pouvoir par leur corps et non par le mérite.
Son cœur battait à en rompre sa poitrine, l’envie de tuer le démangeait :

« Parlez.
- Vous dirigez actuellement la Sphère de Conquêtes, représentée par Darth Heyris. La Sphère des Secrets dirigée en votre nom par Darth Hidious. Vous avez assis votre pouvoir sur le Cercle de Darth Siqsa, représentant la Défense Impériale. Or, la politique Sith exige que les Darth en charge d’une sphère soient dirigées par un membre du Conseil Noir. L’Empereur vous refuse ce siège. Vous ne pouvez décemment plus porter le poids de trois Sphères dans le nouvel Empire. Représentant vous-même la Défense Impériale, vous perdez à ce jour le contrôle de la Sphère des Conquêtes et des Secrets. Vos représentants dépendront de ceux qui seront admis au Conseil Noir. »

La pilule était dure à avaler. Ses doigts se crispaient, les nerfs tendus à en avoir mal :


« Toutefois. L’Empereur vous fustige de la perte des propriétés de Syndaar et Gala. Votre présence sur Dromund Kaas est un affront à la Défense. Le Gouverneur Azora conservera Vjun sous votre égide. Nous vous demandons de nommer un Gouverneur Sith concernant Garos IV. Celle-ci sera de même placée sous votre responsabilité.
Pour autant, vos actes et votre effronterie pousse l’Empereur à vous retirer de la Sphère de Défense Impériale. Vos erreurs, votre ambition ne sont pas passée inaperçue aux yeux de notre Maître. Bien que cela me désole, Excellence, vous conservez votre titre mais n’êtes plus qu’un Noble Sith de Dromund Kaas.
- Comment !?
- Le coût de vos nouvelles structures, votre présence ici alors que vous devriez défendre nos propriétés contre la République, votre désaccord avec l’Empereur au sujet du Seigneur Vonkan… Voici les raisons invoquées. L’Empereur dans sa bonté vous laisse vos possessions actuelles. Il m’est avis qu’il veut voir ce que vous allez faire. Quand le Conseil Noir sera formé, vous aurez peut-être la chance d’avoir prouvé être utile à l’Empire et serez affilié à une Sphère.
- Sa bonté !? SORTEZ D’ICI AVANT QUE JE NE VOUS TUE ! »

Il ne se tourna même pas vers l’émissaire qui s’inclinait et quittait la pièce. Un simple Noble Sith ? Que sa base d’influence ne change pas n’y changeait rien ! Quel affront ! Ses financements allaient être coupés et l’ « Annihilateur » ne verrait jamais le jour ! Il perdait le pouvoir sur deux Darth qui le haïssent et tous ses plans s’effondraient ! Prit de rage, il se mit à hurler de rage, un cri primal. Il projetait des éclairs dans tous les sens, détruisant tapisseries et ornements. La sale du trône était ravagée. Sa colère était telle que la Force semblait elle-même terrifiée.


Il reprit ses esprits, au milieu du carnage mobilier qu’il venait de créer. Appuyé sur ses genoux, le souffle lui revenait. Il se redressa, stoïque. Il allait falloir adopter une nouvelle stratégie. Il ne perdrait pas tout à nouveau. Impassible, il se dirigea vers l’ascenseur et se retira dans ses appartements personnels.

L’Empereur le défiait. Son ascension était trop fulgurante, oui, c’est pour ça qu’on le muselait ! Il fallait à tout prit cacher cela à son cercle. Il avait échappé trop longtemps à la politique Sith. Ses jeux de pouvoirs avaient été trop directs. Alors que les intrigues reprennent…

Il réajusta sa tenue et se présenta devant son holo-communicateur personnel. Il paramétra le canal de diffusion pour le Cercle entier. Ce message serait diffusé à tous :


« Je suis Darth Sevrous. J’ai aujourd’hui été mandé par l’Empereur pour m’élever au rang de Conseiller Noir. Par respect pour les traditions Sith et afin de respecter la hiérarchie de l’Empire Sith, je me retire à ce jour de la Sphère des Conquêtes ainsi que de la Sphère des Secrets et de la Défense Impériale.
Vous qui êtes mes fidèles, sur Dromund Kaas, Vjun, Garos ou en mission dans la Galaxie serez mes agents vers une nouvelle ère. Ce siège qui me sera attribué dessinera l’avenir de tous les Sith. Je vous intime de revenir à Kaas City et de vous préparer à l’avenir qui nous attends. Si je m’élève, alors vous vous élevez avec moi.
Nous abandonnons l’effort de Guerre afin de nous recentrer sur la politique Sith. Cette nouvelle affectation pourrait être n’importe lequel des Sièges du Conseil, car vous savez mon pouvoir infini. Profitez de ce temps pour affûter vos sens, grandir votre pouvoir. Nous sommes promis à un futur radieux. »

Il coupa la communication, et posa ses deux mains de part d’autres de l’holo-communicateur gigantesque. Laissant sa tête choir dans le vide, emprunte à une intense réflexion. Il ne lui restait qu’une porte de sortie : Le Seigneur Cain. Les visions de la Force qu’il lui avait usurpées seraient le point d’orgue de son nouveau plan. Il pourrait prédire tous les mouvements de ses adversaires en amont. Se protéger de son propre Cercle. Retrouver sa place dans l’Empire. Faire face à la déchéance.

Il appuya son pouce et son index autour de l’arête de son nez, se pinçant pour recouvrir sa détermination. Se redressant, il composa une nouvelle fréquence sur le Communicateur. Un homme apparut. Un twi’lek pauvrement vêtu et munit d’un collier d’esclave :


« Patal. Tu vas être utile pour une fois.
- Qu’est-ce que je peux faire, Maître ?
- Une annonce officielle va être émise par les diplomates de l’Empereur. Je ne veux pas qu’elle soit mise en ligne telle qu’elle. Je viens de t’envoyer un texte, celui que j’ai énoncé à mon Cercle d’Influence. Rend les choses concordantes. Ou tu mourras.
- Je ferais avec vos désirs, Maître. »

Le twil’ek rachitique, visiblement mal nourris, servile et à l’esprit brisé s’inclina. Si Darth Siqsa avait détruit sa source de pouvoir, ses sbires eux étaient encore bien cachés. Il est utile d’avoir autant de ressources dans un Empire de faibles où le moindre pas est un piège fatal.

Les choses commençaient déjà à s’améliorer. La prochaine étape ? Communier avec la Force. Voir l’avenir et agir contre lui.


Loin de là, sur un caillou brûlant et ensablé…

« Général ! Général !
- Arrêtez ! Appelez-moi Krâne.
- Mais… Vous êtes le Général !
- Bon… Qu’est-ce que c’est ?
- Nous venons de recevoir un message de Kajin Tae.
- Un tajine ? Je sais que les rations sont pas terribles, mais…
- Non Général, c’est notre espion ! L’émissaire diplomatique !
- Ah, euh… Ok, filez moi ça. »

Il se saisit du communicateur tendu par le soldat et rejoignit son bureau de fortune. Kajin avait été envoyé par Darth Siqsa, à l’époque, chez les émissaires diplomatiques pour servir l’Impératrice Acina. Il l’avait recueillit et prit en affection il y a de cela des années. Et son utilité allait de pair avec l’arrivée de Djïnn sur Dromund Kaas. Un temps si ancien et un autre mensonge que personne ne suspectait. Cet espion à double jeu était le meilleur moyen de s’assurer les faveurs de l’Impératrice si le vent tournait. Quoi qu’il n’eut le temps de l’utiliser… John Krâne avait vite fait de s’assurer sa fidélité et ses faveurs. La première étape du plan était de discréditer Sevrous. Un tel allié a su jouer ses cartes et démontrer les erreurs de l’ennemi. Parfait.

Alors qu’il terminait l’écoute du message, l’espoir renaquit : Sevrous destitué et une tentative misérable de sauver les apparences. Peut-être que personne dans l’Empire ne pouvait savoir que Sevrous mentait. Comme d’habitude, l’annonce modifiée serait diffusée et oubliée, personne qui n’est au courant de la réalité n’en sera spectateur et s’offusquera de la supercherie. Et ceux qui le feraient seront exécutés par le vil spoliateur… Des pertes qui étaient, malheureusement, obligatoires. Car ce secret devra être révélé au bon moment. Laissons-le à ses manipulations. Ses mensonges. Laissons-le s’enliser jusqu’au cou. Car notre moment viendra…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Chapitre V - Déchance - Pradzia iv tave Siqsaé
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Composition du Chapitre
» [Story] BIONICLE The Yesterday Quest : Chapitre 2
» Chapitre SM perso: mes "Doom Dragons"
» Grimoire d'un Esprit de L'Ombre - Chapitre I - II - III
» Quel chapitre?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Cercle de Pradzia :: Trame principale du Cercle :: Chapitre V : Déchéance :: Quête Principale-
Sauter vers: