Jeu Vidéo; Star Wars; Star Wars The Old Republic; forum communautaire; Rôle Play; MMORPG.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Meyris, un être angélique porteur de ténèbres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Meyris

avatar

Messages : 162
Date d'inscription : 22/11/2015
Age : 26
Localisation : Vjun

MessageSujet: Meyris, un être angélique porteur de ténèbres   Lun 14 Déc - 19:54

Nom : Lancarde (Incertain)
Prénom : Meyris
Surnom : L’alien, Peau Verte,Lord Vicia, Gouverneur Vicia
Age : 26 années Galactique Standard
Sexe : Féminin
Planète Natale : Mirial
Titre impérial : Apprentie Sith, Devenue Seigneur Sith
Affinités :Force / Coté Obscur / Sabre Laser a cristal Violet.

PRELUDE




Quelque part sur une des lunes du système Aldraig. Dans le grand lit de la chambre, une silhouette se mouvait. Des pas lointains l'avaient sortie de son sommeil toujours aussi léger. Le drap en soie s'éleva comme par magie au-dessus d'elle, puis paru un instant léviter, se déplaçant sur le côté jusqu'à venir se poser comme une caresse au coin du lit, révélant sous lui une jeune femme. Elle était nue. Seule dans ce lit, au cœur de la pénombre ambiante de la lugubre forteresse.

C'était une Mirialane, à la peau d'un surprenant et peu commun vert vif et aux traits agréables. Malgré ses courbes délicates, ses formes généreuses et sa beauté apparente, il résidait en elle une aura particulière, mystérieuse et sinistre.

Elle se leva; bien avant même de les avoir entendues, les bruits des pas l'avaient tiré de son sommeil. La Force était puissante chez elle et bien maîtrisé, elle lui permettait de sentir l'arrivée de tout individu avant même de l'entendre. C'était ce phénomène qui l'avait sortie de son sommeil. Et avant même que le lieutenant Braxan n'ai eu le temps de toqué a la porte de ses quartiers, elle avait déjà quitté son lit confortable, ramassée et enfilée sa robe en soie poser au sol près du lit, et déjà, elle était au avant-gardes derrière l'imposante porte à double battants.

Le militaire pressait le pas, il venait de recevoir des ordres et comme à chaque fois que son supérieur lui en donnait, il ne traînait pas pour en avertir Dame Meyris. Ses talons claquaient à chaque pas, en un bruit sec et sourd sur le carrelages en marbre de la forteresse. Devant la porte des quartiers de sa Maîtresse, il s'arrêta.
Avant même  que son poing n'ai eu le temps de frapper le Duracier, l'imposante structure s'ouvrit.
-Excellence...
Le soldat plia la nuque pour saluer la Sith. Il détestait cette façon que la Sith avait de le prendre au dépourvue, elle le savait très certainement et le militaire c'était  douté qu'elle y prenait par conséquent un malin plaisir.
-Lieutenant Braxan.
C'était  ça manière  à elle de le saluer, enfin lui comme tout autre sujet n'y voyait qu'une pâle manière de garder le respect tout en les méprisant sans retenue.
-Son excellence Dark Zaylon requiert votre présence en holo-appel.
Elle ne répondit pas, adressa un simple hochement de tête à l'humain qu'il prit en guise d'un merci. Sans que s'en soit vraiment un pour elle. Ce type de comportement ne faisait qu'accroître le mépris et la crainte de Braxan envers elle, comme envers tous autres Sith.
Meyris le savait très bien, mieux encore, le sentait. C'était dommage en dépit de son habitude méprisante envers lui comme envers tous ses subalternes, elle appréciait sincèrement le lieutenant. Non pas pour la personne qu'il était mais plus pour le militaire qu'il était. Il c'était  illustré  au cours de plusieurs campagnes de l'empire Sith pour le compte du Seigneur Zaylon.

Lorsqu'elle pénétra dans la salle où se trouvait l'holoterminal, elle y pénétra commandant a l'humain qui la talonnait de rester dehors. L'image bleutée du Sith au Sang Pur prit forme. Meyris s'inclina.
-Mon Seigneur.
-Apprentie lève-toi, une affaire de la plus haute importance requiert ta présence sur Rhelg. L'un de mes plus anciens rivaux semble avoir mis la main sur un bien que convoite mon vieux Mentor Dark Havocs. Il s'agit d'un Holocron Sith encore jamais découvert, susceptible d'être le fruit du défunt Seigneur Noir Ludo Kressh. Le Seigneur Parrys ne doit en aucun cas quitter la forteresse de Kressh en vie, encore moins avec la relique.
-Bien Maître.
A nouveau la Mirialane hocha la tête, puis la transmissions s'interrompit. Braxan attendait encore derrière la porte, celle-ci était si épaisse que jamais il n’aurait pu entendre la conversation. Mais Meyris avait senti sa présence. Elle ouvrit d'un simple geste la porte.
-Lieutenant, faites préparer mon vaisseau, je pars pour le cœur de l'Empire.
-Bien, excellence...Korriban?
-Non Rhelg


Dernière édition par Meyris le Sam 2 Sep - 20:35, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meyris

avatar

Messages : 162
Date d'inscription : 22/11/2015
Age : 26
Localisation : Vjun

MessageSujet: Re: Meyris, un être angélique porteur de ténèbres   Mer 17 Fév - 22:17

Rhelg faisait partie de la centaine de mondes habitables que comptait l'Empire Sith au temps de son Age d'Or. Ce fut également le monde privé de Ludo Kressh, en son temps l'un des plus grands Seigneur Noir des Sith et le rival éternel de Naga Sadow. Aujourd'hui la planète en dépit des quelques prophètes et gardiens des artefacts Sith qui y résidaient, était quasi inhabitée. Mais de par son passé légendaire elle n'en rester pas moins l'un des cinq mondes sacrée des Sith.

Le Fureur sortie de l'hyperespace à proximité de l'atmosphère de la planète. Meyris était seule à bord. Elle put vite constater que comme toujours, un important contingent de vaisseau de guerre de l'empire défendait ce monde comme les cinq autres planètes sacrée.
La cinquième flotte en l'occurrence, émis un appel étant garant actuel du contrôle planétaire.
-Ici le croiseur Déflagration a vaisseau de classe  Fureur... Veuillez-vous identifier.
-Déflagration ici Meyris, apprentie du Seigneur Zaylon, matricule SLS-411-ZM.
L'autorisation arriva quasi instantanément.
-Bon séjour sur Rhelg Dame Meyris.

Quelques minutes plus tard, le Fureur s'était posait aux abords du vieux bastion ancestral de Ludo Kressh. Une aire d'atterrissage archaïque, comme il en existait des dizaines près du sanctuaire, faites de vieilles roches certainement millénaires disposées en un cercle balayé par les vents et le sable.
La jeune apprentie Sith descendit la rampe d'accès de son vaisseau, hâtant le pas vers un sentier tout aussi aride et poussiéreux, en direction de l'entrée de la vieille Forteresse.
Sur le chemin comme elle si était attendue, elle ne croisa pas âme qui vive. Seulement des oiseaux charognards en quête de nourriture, et quelque sculpture et autres colonnes pour la plupart effondrés sous les assauts meurtrier et conjoint du vent, du sable et du temps. Cette scène était peu commune, le genre de chose qu'on ne voyait qu'ici. Tout sur Rhelg semblait depuis des siècles figés.
Meyris arriva à l'entrée  de l'imposant  édifice semblant posé  là. Fixé dans la roche, immobile et non-chaland. Les portes était comme à l'heure habitude grandes ouvertes, deux gardes Sith en armure, camouflés sous des masques en surveillait l'entrée. Pour autant ils n’en empêchaient  certainement l'accès à personne. L'apprentie entra, ils restèrent  impassibles.

A l'intérieur la jeune Sith n'avait  plus qu'un objectif. Déjà elle cherchait la trace du Seigneur Parrys dans les méandres de la Forteresse Sith, elle ne doutait pas qu'elle le trouverait. Ou qu'il  soit sur Rhelg lorsqu'elle sentirait sa présence elle ne le lâcherait pas. Elle était forte pour cela. Elle c'était fait une spécialité de sentir et de traquer tout adepte de la force.



Alors qu'elle déambulé dans le vaste édifice elle ne croisa rien d'autre que le silence, s’en était presque effrayant. Çà et là, parfois au détour d'un couloir, elle pouvait apercevoir quelques Gardes Sith en armure cérémonielle comme ceux de l'entrée. Ou bien encore dans certaines salles, noyés dans l'obscurité, des prophètes, sorciers et autres érudit Sith en état de méditation, presque comme inanimé. Etudiants depuis certainement des heures, voire peut-être même des jours les méandres tortueux du côté obscurs.

Ce n'était pas la première fois que Meyris se rendait sur Rhelg, l'impression lui sembla être la même que lors de sa précédente venue. Les lieux était presque morbides, macabres. La sensation d'être sans arrêt suivie lui avait pris dès son entrée dans la forteresse. Comme si une ombre malfaisante épié le moindre de ses faits et gestes.
Elle avançait d'un pas décidé, sondant continuellement les flux de la force, toujours en quête du Seigneur Parrys. Entre les colonnades qui bordaient le grand hall principal de la Forteresse elle marchait d'un pas silencieux, mais a une allure soutenue. Avec une assurance et une détermination palpables.

Au plus profond de la noirceur des lieux, la jeune femme continuait son chemin. Au détour d'une rangé de colonnes elle s'engouffra dans un couloir sombre en légère pente pour déboucher sur un escalier en colimaçon.
Elle ne connaissait pas particulièrement les lieux, se laissant simplement guider, par la force, le côté obscur, l'aura qui émanait de ce qu'elle cherchait. C'était une sensation particulière, à la frontière entre hypothèse et connaissance.
Mais elle faisait confiance à la Force, et a ses capacités et convictions plus encore.
Son chemin se poursuivit jusqu'en bas des marches, elle arriva dans un grand hall plus sombres encore que le reste du vieux sanctuaire, c'était une de crypte. Le
début d'un dédale souterrain de couloirs tortueux entrelacés, conduisant à des salles toute plus noir les uns que les autres. La jeune Mirialane traversa certaines d'entre elles, et en parcourues d'autres du regard.
Elles avaient certainement jadis était des sépultures pour certains des sbires de Ludo Kressh, d'autres au vue des talismans et grigri en tout genre abandonnés furent certainement des lieux de méditation de culte ou d'instruction, aux rudiments du côté obscure ou à la connaissance des Artefacts Sith. Il émanait de ces catacombes une aura ténébreuse, macabres, presque déplaisante même pour un adepte du côté obscure. Meyris parvint à discerner que quelque part, non très loin d'elle, se trouvait ce qu'elle était venue chercher.

Elle pénétra dans une nouvelle salle, plus grande que tous les autres dans cette zone souterraine du sanctuaire.
Celle-ci était de forme elliptique, et devait faire une trentaine de mètres de long par environ la moitié de large. Elle était bordée dans tout son contour par une multitude de colonnades massives encore dans un état relativement correct compte tenu de la vétusté des lieux. Les colonnes montaient jusqu'au plafond environ quinze mètres au-dessus de la tête de Meyris.
La salle était un cul de sac, elle avait semble-il été la base de l'ensemble de l'édifice lors de sa construction. La jeune femme sentait tout le poids de l'obscurité écrasante ici plus que nul par ailleurs sur Rhelg. Le côté obscur lui sembla peser depuis le sommet de la forteresse jusqu’ici-bas, exerçant en ce lieu et sur sa personne une pression incroyable et enivrante. Jamais un lieu ne lui avait fait un tel effet, jamais le côté obscur n'avait été aussi concentré en une telle aura de ténèbres, nul part ailleurs.

Au cœur de cette noirceur omniprésente, drapé dans un manteau d'obscurité au centre de la pièce, le Seigneur Parrys était là. Il avait vue entrer Meyris et l'avait certainement sentit bien avant de la voir.
-Tient donc, voici venir l'alien de Zaylon.
S'écria il railleur en la fixant droit dans les yeux, tandis qu'elle continuait de s'approchait.
-Ton Maître me fait l'affront d'envoyer sont insignifiante esclave impure pour régler ses comptes?
Meyris s'arrêta à une dizaines de mètres à peine du Seigneur Sith au sang Pur.
Elle sourit en plongeant son regard droit dans celui de Parrys, avec une impétueuse attitude, tout en saisissant son Sabre Laser dans sa main droite, sans encore l'activer.
-Vous devriez-vous estimer heureux de constater que mon Maître daigne vous envoyer sa meilleure Apprentie.
Parrys n'était pas seul. A côté de lui, agenouillé, se trouvait un jeune humain d'une vingtaine d'années, l'apprenti du Seigneur Sith.
-Sa meilleure Apprentie ?...
Il éclata de rire de manière démesurément exagérée.
-Fais-moi rire ! Je t'ai senti arrivé dès  l'instant où tu as foulé le sol de Rhelg.
Meyris n'avait qu'un souhait que ces belles paroles laissent place à l'action, mais les jolies tournures de phrase servait à l'intimidation, un facteur bien souvent clé dans le dénouement d'un duel au sabre laser, rentré depuis des lustres dans les mœurs de l'Empire Sith.
Elle fixait toujours le Sith droit dans les yeux avec affront.
-Qui vous dit que je cherchais à me cacher de vous? La dissimulation de force est l’afre des faibles et des couards, comme vous…Ce n’est pas mon cas…
Parrys fut marqué d'une réaction attestant clairement son incapacité à rester stoïque face à cette provocation.
-Soit… Tu sembles bien intrépide et sûr de toi, je ne te ferais pas le plaisir de t'offrir un combat trop dur pour toi, mon apprentie va te tailler en pièce, Zaylon sera heureux que je lui envoi tes restes encore chaud.
Dit le Sith en tapant sur l'épaule  de son apprentie.
-Quelque chose me dit que vous me sous-estimez grandement Seigneur Parrys.
Le jeune humain se leva, et pris son Sabre Laser en main, puis l’alluma.
-Je vais te faire mordre la poussière.
-Essaye toujours, quelque chose me dit que tu n’y arriveras pas…
Répondit la Mirialane, en allumant son arme. La lame pourpre de Meyris illumina la pièce en réponse à celle rouge sang de l’humain. Celui-ci se rua sur elle sans la moindre maîtrise, il fendit l’air en un coup oblique qu’elle esquiva sans le moindre mal, parant l’arme avec la sienne en fin de course.
-J’ose espérer que ton Maître sera un plus habile et respectable bretteur.
Meyris rompit le contact et recula d’un pas tout en parant d’une seule main une nouvelle frappe hasardeuse, destiné au haut de son corps.
-Laisse-moi te proposer une chose… Ta vie contre celle de ton Maître.
-Jamais !
A nouveau l’humain se rua sans la moindre demi-mesure sur la belle mais terrible alien a la peau verte. Sa première fente oblique fut dévié sans mal, lui retombant presque sur le nez avec une parade fulgurante. La seconde mourut sur l’arme de Meyris en position de garde, droite devant elle, elle la repoussa aussitôt.
L'apprenti du Seigneur Parrys lui était indéniablement inférieur tant dans la technique que dans la maîtrise. Meyris n'était pas au maximum de ses capacités. Elle aurait pu sembler faire du zèle en agissant ainsi, mais ce n'était pas vraiment le cas. Non elle faisait ainsi à chaque fois qu'elle était confrontée à un autre apprenti. C'était selon ses propres dires une manière pour elle, de jauger à quel point l'écart de maîtrise entre elle et ses pairs était important.
Les coups s'enchainaient et la jeune Mirialane les parait ou les esquivait tous avec une facilité des plus déconcertante. S'en était à présent assez. La prestation  du pauvre humain avait était des plus médiocre, Meyris jugea qu'il était temps d'en  finir avec cet "échauffement".
-Bien j'en ai assez vue.
Dit-elle d'un ton emplie d'arrogance, tout en bloquant une nouvelle fois la lame vermeil. Puis de son arme elle poussa celle de son adversaire sur sa gauche, droit vers le sol. Et dans une vrille fulgurante lui décocha un coup de pied au genou qui le déséquilibra.
Il était perdu, son dernier reflex fut de tenter un revers de sa lame, alors que son appui s'effondrait encore. Le manque de puissant et l'élan coupé par son déséquilibre eurent pour conséquence une frappe hasardeuse à hauteur du visage, que la jeune femme esquiva sans le moindre mal d'un léger recul du buste. Et là un genou à terre, sa lame en fin de course dans le vide il était sans garde, impuissant. La Sith d'un revers montant le décapita littéralement.


Alors que la tête du pauvre humain roulait encore au sol, Meyris se tourna, les yeux injectés de sang, le regard plein de haine et de fureur, vers le Seigneur Sith.
-Cette distraction ma mise en appétit, j'espère que vous serez un adversaire plus distrayant Seigneur Parrys!
Le Sith au Sang Pur, n'en eu pas besoin de plus pour s'enrager. L'arme lui vola a la main et la lame à peine empoignée se déploya, révélant une lueur pourpre mais différente de celle le Meyris. Celle-ci semblait tournoyante, être instable. Cet effet provenait du cristal de l'arme. Certain se déchargeant d'une énergie résiduel incontrôlable, folle, instable, très prisé de certains adeptes du côté obscur.

D'un rugissement presque inhumain, le Sith bondit sur la jeune femme. Compte tenu du gabarit de son adversaire, jamais elle ne l'aurait crus apte à se mouvoir de la sorte. Ce saut, même aidé de la force en était presque gracieux, il étonna même Meyris. La frappe puissante qui en résultat eu le même effet. Elle l’avait néanmoins bel et bien prévue et anticipée. Sa garde à elle était inflexible, elle n'aurait pas le manque de clairvoyance qu'avait eu quelques secondes plus tôt le jeune apprenti du Seigneur Sith. Les lames s'entrechoquèrent dans un grésillement d'une folle intensité.
-Vous payerez votre insoumission, saleté d'alien.
- Croyez-y autant que vous le voulez.
La jeune femme repoussa le Seigneur Sith dans un grognement de rage. Parrys était puissant, mais Meyris ne démérité pas, sa maîtrise faisait armes égales avec son homologue, pourtant plus expérimenté. Les coups n'en finissais plus, aucun des deux bretteurs ne se démarquait plus que l'autre et les deux lames pourpres n'en terminaient plus de s'entrechoquer, dans un grésillement désordonné mais quasi mélodieux. Parrys avait depuis plusieurs échanges adopté une posture défensive, un dérivé du Soresu. Ainsi il avait recentré sa technique sur le fait de parer et d'encaisser les coups de son adversaire, avec son arme. Meyris elle appliquait la forme la plus pure du Shien, favorisant des attaques rapides et puissantes dans un style des plus agressifs.

Le choix du Seigneur Sith était à doubles tranchants et il le savait. Il ne pourrait éternellement encaisser ainsi les assauts fulgurants de la redoutable apprentie Sith. Elle n'avait beau être qu'une alien, son talent était indéniable en tant que bretteur. Sa maîtrise quasi parfaite du Shien était  impressionnantes, même à ses yeux. Alors c'était soit elle se fatiguait plus vite que lui et il reprendrait l'avantage, soit il lui fallait trouver autres choses... Sinon, il le savait aussi, elle finira par avoir le dessus et faute d'être resté trop longtemps sur la défensive, cela lui coûterait la vie.
Meyris, voyait très clairement que son adversaire, prenais des risque, peu a peu, elle le sentait, elle gagné l’avantage. Elle le savait, il fallait trouver une faille si elle ne voulait pas s’épuiser.
Feintant une frappe oblique, que le seigneur Sith alla parer, elle effectua un saut périlleux au-dessus de lui. Lorsqu’elle retombait au sol, son ennemie, se rendait tout juste compte qu’il avait été dupé par la Mirialane. Dans un soubresaut de conscience il s’extirpa de sa mauvaise posture, dans une roulade latérale. Presque ! …
La lame de Meyris fendit la bure couleur sang du Sith alors qu’il roulait. Il n’était pas encore totalement redressé et il fallait en profiter, dans une poussée de force elle fit glisser Parrys sur le dos sur plusieurs mètres. La surprise fut de taille. Il ne s’y était visiblement pas du tout attendu. Ne se relevant qu’à moitié, un genou encore à terre, il vit l’ombre de l’alien à la peau Verte fondre sur lui, lame la première. A peine eu il le temps de remonter son arme en garde que déjà elle était sur lui.
Cette fois ci il n’eut pas tant de chance. La lame pourpre, lui plongea dans l’épaule, sur près de trente centimètres sous la chair, la traversant de part en part.
Le Seigneur Sith répondit par une poussée de force qui dégagea l’arme de son adversaire sans occasionner plus dégâts, la plait était un trou béant, déjà cautérisé par le faisceau laser et encore fumant.

Meyris après salto, se réceptionna sans encombre accroupie. Ils se relevèrent simultanément.
-Je dois admettre que tu es doué…
-Plus que vous, semble-t-il…
Le Seigneur Sith sourit, et un rictus de douleur marqua ses lèvres qui se crispèrent. Il regarda la plait ouverte à son bras.
-Tu es doué au sabre, très doué même …Mais ta maîtrise de la Force, qu’en est-il ?
A nouveau un sourit railleur, puis, dans un mouvement aussi vif qu’un battement de cils, Parrys fit fondre sur elle des éclairs dévastateurs. La Lame en garde encaissait une grande partie des dégâts, mais déjà la puissance vient à vibrer dans ses deux bras, qui vibraient sous l’assaut incessant de la foudre Sith. Bientôt les chairs de ses deux membres préhenseurs commencèrent à cloquer. En cet instant, le Sith au sang Pur se sentit reprendre du terrain…Peut-être même l’avantage, il continué de se relevé péniblement…Certes…Mais à présent il était debout…Et il avancé toujours plus vers elle. A présent le corps tout entier de la jeune Mirialane tressautés, dans des spasmes affolants. Pas forcément de douleur mais de manière naturelle, signe de l’encaissement de chocs de plus en plus violents.
Les yeux dans les yeux, entre adversaires, un deuxième combat entre eux avait lieu.
Et ses là, dans une infime variation du regard que Meyris compris…
Peu à peu, Parrys faiblissait, même si rien ne le laissait voir, son regard était marqué par le doute…Plus le temps passait plus il se déchargeait de tout son pouvoir, il ne tiendrait plus longtemps, il faudrait a Meyris tenir encore un peu jusqu’à ce que…
Enfin, l’utilisation répétée des éclairs de Force épuisé maintenant le Sith. Cela devenait maintenant visible, même physiquement. Il faiblissait et avec lui ses éclairs.
C’était le moment ou jamais… Accumulant tous les ténèbres qui l’enveloppaient à présent, et dans un hurlement de rage, Meyris bondit à travers la foudre et fondit sur son adversaire l’arme en avant.
Les coups était d’une intensité peu commune et d’une rare violence, Parrys pus parer les premiers, mais trop affaiblit par son utilisation abusive d’éclair de force il fut bientôt trop faible, et il le savait. Meyris pus lire dans son regard la crainte, il avait d’ores et déjà perdu. La cadence frénétique des assauts de la jeune femme n’en terminait plus, et plus elle frappait plus la lame de son adversaire plier sous ses coups. Dans un ultime enchainement elle amena le manche de la lame de son adversaire à se heurter contre son abdomen, puis d’un revers du sabre le désarma, avant d’effectuer une vrille dévastatrice dont la terminaison vit la lame pourpre de l’apprentie se terminer droit dans le torse du Seigneur Sith.
Un hoquet suivit d’un soupire émana de la bouche du Sith qui tomba a genou. Meyris dégagea sa lame tandis que celle de son adversaire s’éteignit alors que la poignée roulait au sol. La Mirialane se retourna pointant son arme en biais sous la gorge de son adversaire vaincu.
-Vous n’étiez pas à la hauteur…Seigneur Parrys.
Puis d’u revers de la lame elle le décapita. Ainsi le Maître fini comme son apprenti quelques instants plus tôt. Meyris, les chères encore fumante récupéra l’holocron qu’elle était venue cherchait, posé au centre de la pièce.
Puis elle regagna son vaisseau. En orbite de Rhelg elle fit un compte rendu des évènement a son Maitre.
-Seigneur Zaylon…C’est fait…
-Bien apprentie, rentre me rejoindre sur Dromund Kaas avec l’holocron…J’ai une nouvelle mission pour toi. Une mission qui te conduira dans le système Garros.


Dernière édition par meyris le Sam 11 Juin - 8:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meyris

avatar

Messages : 162
Date d'inscription : 22/11/2015
Age : 26
Localisation : Vjun

MessageSujet: Re: Meyris, un être angélique porteur de ténèbres   Mer 17 Fév - 22:18

Encore ce même rêve...
Depuis qu'elle était arrivée sur Garros ses nuits étaient troublés.
Un cauchemar qui la prenait au plus profond de son inconscient, aux allures plus vrai que nature. Ce genre de rêves qui une fois réveillé procure encore des frissons tant ils semblent réels. A tel point qu’on ne sait pas bien même une fois éveillé s’il n’a pas était plus qu’un simple rêve.
Dans cette manifestation de son subconscient Meyris se voyait seule au beau milieu de la jungle, vierge et inhospitalière de Garros marchant sous une pluie battante. Elle se sentait observée dès le début de son songe, inlassablement espionnée. C’était comme si, elle était suivi par un esprit un invisible. Elle percevait une présence toute proche, sentait en tout instant un regard sombre se poser sur elle et l’épier.
Elle finissait par arriver aux abords d’un vieux temple fait de pierre, recouvert en de nombreux endroit par une bonne couche de végétation, que le temps avait laissé reprendre sa place maîtresse sur les lieux.
L’endroit était abandonné, cela ne faisait pas de doute, rien ici en dehors de l’esprit qui la suivait encore ne semblait avoir foulé le sol de la jungle depuis des siècles.
L’entrée à moitié effondrée du sanctuaire était béante. De loin on ne percevait rien de ce qui se trouvait à l’intérieur, rien n’était visible d’ici. Rien d’autre que la noirceur jaillissante de ce puis semblant sans fond, qu’était l’entrée.
Malgré tout Meyris s’engageait sur le pont qui enjambé la falaise, comme irrésistiblement attiré par les ténèbres.
-Qui es-tu ?
Quelle était cette voix ? Comme un écho, un murmure dans sa tête…
-Qui est tu étrangère ?
Elle était troublé et regarda en arrière instinctivement, la présence qu’elle avait ressentie plus, l’esprit, il était encore là, mais c’était différent. C’était presque comme si à présent il accompagné ses pas… Il avait peut-être perdu de son maléfice primal. Ou peut-être Meyris s’était-elle habitué à çà présence inconsciemment, quoi qu’il en fût elle ne le percevait plus comme une menace, se laissant même accompagnée vers l’entrée du vieux sanctuaire, par l’esprit.
La voix se fini plus clair.
- Approche étrangère…Entre et laisse les ténèbres de corrompre…
Elle était bien dans çà tête, mais quelque chose lui faisait dire qu’elle était un murmure provenant de l’antre obscurs, qui a présent n’était plus qu’à quelques petits mètres.
-Tu m’appartiens étrangère…
Et puis tout se chamboula, la vision de Meyris se floutas, tout devint sombre, plus vision, seulement la noirceur.
-Tu m’appartiens !
Tout n’était plus que noirceur. Meyris fini par se sentir reprendre ses esprit, mais elle dormait encore…
-Apprentie, l'heure est grave.
Encore une voix…Toujours comme un murmure dans sa tête. Mais c’était différant cette fois… Celle-ci elle la connaissait…Sa nouvelle maîtresse…Le Seigneur Vonkan.
Son ton était grave et dur…
-Ne rentre pas à la forteresse. Mets-toi à l'abri là où tu pourras. Je veux que tu te tiennes prête à venir me chercher dans les cellules de la forteresse dès qu'une occasion critique pour Pradzia se présentera.
Peu à peu la jeune femme reprit ses esprits. Sortant de ses songes, elle se redressa assise dans le lit. Elle passa instinctivement sa main dans ses cheveux, puis la laissa glisser jusque sur sa poitrine, pour s’apercevoir que son cœur battait à tout rompre.
Elle en était persuadé, son rêve avait était écourté par une intrusion. Le message de son Maître, voilà ce qui avait arrêté prématurément son rêve.
Si le Seigneur Vonkan avait eu besoin d’entrer en contact avec son apprentie, il y avait une raison et certainement pas des moindres. .
Dehors une agitation palpable est grandissante prit forme. Toujours dans son lit Meyris pu entendre un déplacement coordonné de plusieurs personnes. Une synchronisation quasi militaire...
Militaire ?... Un mouvement de troupes…

"Met toi à l'abri...Ne reviens pas à la forteresse." Avait dit le seigneur Vonkan... mais à l'abri de quoi ou de qui?
Y avait-il des raisons qu'un détachement militaire vienne la trouver dans ses quartiers? Elle ne savait pas si c'était la bonne décision, mais une intime conviction lui somma de fuir...Fuir au plus vite...Fuir se mettre à l’ abri… Ecouter les mises en garde de sa Maîtresse.
Les pas s’approchaient de la porte d'entrée de l'annexe ou elle avait pris ses quartiers. Elle bondit hors de son lit enfila son armure à la hâte, sans même prendre soin d’en sceller les différentes parties, puis, elle se drapa dans sa bure rouge sang.
Dehors les premières voix se faisaient entendre.
-Vous êtes certaine ?
-Oui, ici c'est ses quartiers. Je l’ai vue y entrer hier tard dans la nuit…Elle n'a pas bougé depuis ... Enfin je crois.
-Tu a tout intérêt a ce qu’elle y soit encore !
Meyris avait reconnu la deuxième. «Sale Traitresse » C’était la voix de la Togruta qui lui faisait office de servante.
A présent ils étaient à la porte…Trop tard pour s’enfuir par cette voie ci. La Mirialane passa sa main à sa ceinture, il lui manqué encore une chose, elle fila chercher l’objet cacher sous son oreiller…Son Sabre…L’étage…C’était la seule échappatoire encore envisageable. Elle monta en vitesse les escaliers, aidés de la force pour se mouvoir plus vite.
-Forcez la porte !
L’instant d’après seulement, depuis le premier étage Meyris put entendre une puissante détonation qui pulvérisa l’imposante structure de bois et de pierre, renversant au passage un partie de ses effets personnelles.
Elle était arrivée au point culminant de l’édifice qui lui avait servi de demeure sur Garros. Une terrasse sur le toit de la tour, donnant vue sur la forêt alentour. En bas les soldats qui avaient espéré la cueillir étaient dans un agitation la plus total.
-R.A.S
-Rien ici Major !
-Trouvez-moi là !
Plus le temps, ils se douteraient bientôt qu’elle avait certainement fuis en les entendant arrivés et monteraient alors à l’étage, puis sur le toit. Sans plus regarder derrière elle, elle prit son élan, regardant fixement vers l’arbre le plus proche. Un Chêne Sombre comme on en trouve des milliers d’autre sur Garros, mais celui-ci était de belle taille. Il était à environ quinze mètres…Bien trop loin pour n’importe quelle humanoïde normal…Mais elle n’était pas normale…Elle, elle avait la Force.
Puisant dans sa rage elle s’enveloppa d’un voile invisible d’énergie obscure et s’élança sans la moindre hésitation. Poussant de tous ses appuis au dernier moment, au bord du précipice, elle invoqua la force dans un bond effarant, qui la propulsa jusqu’à sa destination. Au bout de sa route, agrippant une lianes qui pendait a l’arbre, elle pus se hisser jusqu’en hauteur, là où plus personne ne pourrait la voir.

Plusieurs minutes passèrent avant que les Soldats ne viennent à arriver sur le toit.
-Rien ici non plus major ! La servante à dus se tromper !
Meyris les observaient du haut de son arbres, il était environ dix mètres plus bas qu’elle, et même lorsqu’ils regardèrent vers là la forêt et dans sa direction, elle comprit qu’elle n’était pas assez exposée pour être repérer. Encore quelques minutes passèrent avant que les troupes impériales aient quitté le toit de sa « demeure ». Un détachement de trois hommes gardait encore l’entrée pulvérisée.
Du haut de son arbre, Meyris pensa un instant à son rêves, elle s’estima heureuse que son Maitre ai pu la prévenir juste à temps, et par déçu tout que son instinct lu ai dit d’écouter cette mise en garde. Elle ne comprenait pas encore la raison de cette intrusion, pourquoi les troupes de Dark Pradzia avait subitement décidé d’arrêter sa Maitresse. « Une sombre affaire en soit » se dit-elle, mais quoi qu’il en fut, à présent elle ne pouvait plus re-pointer le bout de son nez dans sa « maison », ni nulle part au abord de celle de sa maîtresse d’ailleurs. Elle devait mener sa propre enquête. Mais avant tout il lui fallait quitter la zone du Sanctuaire, encore trop exposé, elle ne pouvait s’y risquer. Elle continuerait donc de bondir ainsi entre les arbres, au travers de forêt, jusqu’à atteindre la ville la plus proche.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meyris

avatar

Messages : 162
Date d'inscription : 22/11/2015
Age : 26
Localisation : Vjun

MessageSujet: Re: Meyris, un être angélique porteur de ténèbres   Dim 17 Avr - 22:01



Depuis qu'elle était descendue des arbres le temps avec beaucoup changé. On n’était certes pas habitué à avoir chaud sur Garros mais là, les températures avaient dangereusement chutées, le vent s'était calmé et les flocons commençaient à tomber. Meyris pouvait déjà apercevoir, au loin, les premières lueurs de l'éclairage artificiel de la Capitale.
Il n'y avait pas meilleur endroit pour quelqu'un qui cherchait à se cacher sur Garros, que la Capitale, se mêler à la populace des bas quartiers notamment était une solution des plus efficaces.
Mais elle n'y était pas encore. Avant cela il fallait encore pouvoir entrer dans la cité, car depuis les récents événements avec les "Chevaliers Blanc", la sécurité avait été drastiquement renforcée, en particulier aux accès aux zones importantes et pour le contrôle planétaire.
Meyris savait déjà que sans badge d'habilitation elle risqué de ne pas pouvoir entrer en ville. Du moins de manière "légale". Mais elle avait d'ores et déjà imaginé un plan.

Peu avant l'entrée principale de la cité se trouvait une zone de non droit à l'extérieur des remparts, une zone nommée la ZESC, contracture pour Zone Extérieur de Stationnement Clandestins.
La était stationné en toute illégalité des équipages n’ayant pas eu le droit de se poser sur les quais d'amarrage de la ville. La plupart de ces "clandestins" étaient des équipages de Pirates, de contrebandiers ou de mercenaire, bien souvent ils s’étaient retrouvés obligé de rester au sol depuis la mise en place du blocus planétaire.

La zone était très vaste, Meyris n'en voyait pas le bout, et le nombre de vaisseau posé là était visiblement bien plus important que ce qu'elle avait jadis entendue dire de sources Impériales. Autour de certains vaisseaux, les plus imposants biens souvent, de véritables "quartiers" résidentielles, aux habitations de fortunes c'étaient créés. Le tout était si épars et désorganisé que l'aspect global était plus celui d'un bidonville, fait de tôle, de bois et de bâches que celui d'un véritable quartier de standing moyen.

Meyris releva sa capuche sur sa tête avant de s'engouffrer dans une artère très fréquentée de la ZESC. Le mélange des races représenté formait un fouillis ambiant hétérogènes, comparable à celui des planètes tel que Nar'Shadda ou Ziost, avant sa destruction. Le genre de spectacle difficile à imaginer possible sur un monde Sith.
La jeune femme se mêla très vite à la foule... Personne ici ne prêtait attention aux inconnues, pour la simple et bonne raison qu'en dehors des gros équipages, tout le monde ici était un inconnu pour son voisin. C’est aussi ce qui pouvait faire de la ZESC une bonne planque.
Très vite Meyris fit son choix. S'attaquer à un vaisseau de grande taille était risqué. La probabilité qu'un membre de l'équipage garde en permanence l'appareil était grande.
Non ça n'était pas une possibilité envisageable, le choix de la jeune femme se porta sur un vaisseau de taille plus réduites, un Mante D5, un véhicule très prisé des Mandalorien et chasseurs de Prime, le genre de personnes qui préfèrent agir en solo.

Le Sas arrière déverrouillée, la rampe d'accès sortie Meyris se glissa dans les coursives de l'engin. En apparence il n'y avait ici pas âme qui vive. Elle localisa très rapidement les quartiers de l'équipage, qui comme elle l'avait anticipé était composé d’une unique personne. En fouinant dans le compartiment du propriétaire des lieux elle eut la surprise de trouver en un claquement de doigt tout ce dont elle avait besoin.
En effet sur une petite tablette à côté de la banquette se trouvait un datapad, un holocom, des disques de données et le badge magnétique, sésame tant convoité, servant de passe-droit pour entrer en ville et séjourner sur Garros.
-"Fantastique, on dirait que la chance me sourit enfin"
Et c'était peu dire, en zappant dans le datapad elle remarqua que le propriétaire était du même sexe, et mieux encore de la même espèce qu'elle.
-"Ca alors, si ce n’est pas d'la veine".
Elle empocha son butin dans un sac à dos tout proche. A compter de maintenant et jusqu'à ce qu'elle puisse retourner au Sanctuaire de Zila, Meyris serait Jayssa Offee, une mercenaire notoire.
Avant de quitter le Mante D5 et pour parfaire a son look de chasseur de prime elle se saisie d’une veste accroché à un porte manteau derrière la porte, elle enleva sa bure et son armure de Sith, enfourna le tout dans le sac, et endossa son nouveau blouson. Le style n’était pas parfait, elle se saisie du pair de botte et d’une ceinture a holster posés au coin du lit qu’elle enfila également.
Voilà, là c’était parfait, une mercenaire, une vraie de vraie. Plus vite elle serait partie, moins il y avait de chance de croiser le propriétaire des lieux, et d’ici à ce que la véritable Jayssa Offee revienne, Meyris serait certainement déjà en ville.

L’entrée de la ville était bien gardé, mais a sa grande surprise, les contrôles pour entrer dans la capitale semblait menés de manière assez expéditifs. Au poste contrôle gardé par une dizaine de soldats, il lui parut qu’ils n’avaient qu’un rôle dissuasifs. La seule personne qui lui sembla réellement utile au « poste-frontière » c’était l’Agent d’Administration Impérial, qui scannait les papiers présenté par les arrivants.
En procession des badges magnétiques qu’elle venait d’obtenir, certes de manière illégale, il ne lui fut aucunement compliqué d’entrer. L’homme regarda la carte, et ne vie même pas la différence entre le visage sous son nez est l’holo-capture sur la carte d’accès. Visiblement, les contrôles était une histoire de routine, tant pour les soldats en charge de cette tâche que pour les visiteurs de la Capitale. A un moment Meyris c’était même dit dans son fort intérieur « Si j’avais était un Houk il n’y aurait vu que du feu ». Cette métaphore était certes un peu exagérée, mais elle sembla bien décrire la situation actuelle du poste de garde.

Surprenant... Ni bio-scan ni fouille au corps, pas même le moindre intérêt porté à la vraisemblance entre l'holo-image de la pièce d’identité et le visage de la jeune femme.
Jamais elle n'aurait cru que d'entrer dans la capitale ne lui soit aussi aisé, surtout se sachant recherchée.
Fugitif, voici ce qu'elle était devenue. Et elle le serait le temps que tout rentre dans l'ordre. Mais à présent dans un capharnaüm fourmillant tel que la Capitale il lui serait plus simple de se mêler à la foule, pour ne pas attirer l'attention sur elle.

Se mêler a la populace de la cité semblait en effet être l'option la plus appréciable pour passer inaperçu. La mixité ethnique de la Capitale offrant la possibilité a qui se cachait, de passer relativement incognito.
Sans avoir à réfléchir trop, Meyris se dirigea vers la Cantina la plus proche, quel meilleur endroit qu'une Cantina fourmillante de monde pour se fondre dans la masse.

Le Nexu Pourpre était une Cantina caractéristiques d'une planète dansement peuplée. Les habitués y étaient nombreux. L’établissement baignait dans une lumière tamisée, éclairé au plafond par des néons pourpres. Au milieu de l'unique salle, le Bar en ilot circulaire donnait un angle de vision dégagé sur tout l'établissement, autour des "piliers de bar" étaient accoudés, sirotant leurs verres. Et au milieu du Bar une statue de bronzium, de belle taille représentant un Nexu. C’était certainement de là que la Cantina tenait son nom. Meyris s'avança au comptoir, commanda une bière Mandalorienne incognito puis, alla s'assoir a une table qui venait juste de se libérer pour boire. Autour d’elle les gens était nombreux, il étaient de toute origines, des Zabrak, des Ugnaught, beaucoup d’humain mais aussi des espèces qu’on avait moins l’habitude de voir circulé librement en espaces impériales, Twi’lek, Togruta et Balossar notamment. Non Garros IV n’était décidément pas une planète comme les autres au sein de l’Empire Sith, même si depuis la prise de pouvoir, quasi « imposée » par Dark Acina les choses avait un peu changés, il fallait avouer que la condition des espèces autres que Sith et Humaine avait était pire sous l’Empereur Vitiate. Et Garros IV était le symbole même de cette décomplexassions et de cette émancipations des autres races. Et pour causes, Dark Pradzia elle-même, Seigneur Noir régente de Garros était une Twi’lek. Qui l’aurait cru possible des années plus tôt ?

Autour de Meyris tout suivait son cours, elle s’était payée le culot de sondé les alentour par le biais de la Force de manière a vérifié que toutes le personne présente dans l’établissement ne lui prêtaient pas le moindre intérêt… Rien à signaler, tout suivait son cours, et personne pas même les trois soldats impériaux qui venaient d’entrer ne lui avait prêté la moindre attention. La jeune Mirialane continua de siroter sa boisson tranquillement, tout en regardant de loin un partie de Pazaak se déroulant a deux table d’elle. Meyris avait toujours beaucoup aimé ces jeux de Cantina, même si elle préférait le Dejaarik au Pazaak. Mais c’était toujours plaisant à ses yeux de regarder un partie, d’autant plus que celle-ci était âprement disputée.

Plus tard au cours de la partie l’un des joueur, une Zeltronne détourna son regard de la table de jeu en regardant la jeune femme qui les observés. Elle sourit a Meyris qui lui rendit se sourire. Encore quelques filament d’usage de Force permirent a la Sith fugitive de se rassurer, la nom plus rien de bien méchant, un simple regard échangé entre deux inconnue…Rien de plus.

Le temps passait, Meyris avait déjà recommandée deux autres bières. Et là-bas deux tables plus loin, la partie de Pazaak venait de se terminer. Comme souvent a ce jeu, on ne jouer pas pour le plaisir, mais pour l’argent, dans le cas présent la Zeltronne venait d’empocher un joli petit magot avec sa victoire. Au bas mot milles crédits.
Toute la partie Meyris et elle, avait échangées des regards, des sourires, et même un clin d’œil, puis la Zeltronne avait payé une de ses tournait à la native de Mirial. Mais malgré cela jamais Meyris n’avait perçus en la femme à la peau rouge une menace.
Pour se rassurer elle l’avait même sondé à plusieurs reprises, mais rien chez la belle Zeltronne ne semblait indiquait qu’elle puisse être d’une quelconque menace pour la Sith en exile.
-Jolie partie, hein ?
S’exclama la Zeltronne en arrivant a hauteur de Meyris.
-C’est le moins qu’on puisse dire ! Félicitation pour le joli magot !
Répondit la Mirialane en pointant les puces de crédit du doigt.
-Oh et merci pour le verre !
-Pas d’quoi…J’ai vu que vous regardiez, je me suis dit que tout çà risquait de vous donner soif.
Meyris sourit, les trois bières Mandaloriennes qu’elle avait avalée commençaient à peser sur son état. Elle demeurait cependant dans un état plus qu’acceptable, pas tout à fait sobre mais presque. La Zeltronne reprit…
-Oh pardon je n’me sus pas présentée…Zyllia…Zyllia Raven
Dit-elle en tendant une poignée de main amicale a son interlocutrice.
-Enchantée…Mey…
Mince ! Elle avait presque oublié qui elle était…Ou plutôt qui elle devait être…
-Hmmmm… Moi c’est Offee… Jayssa Offee…
Ouf…Moins une ! Mais heureusement Zyllia n’avait rien perçue…Par chance.
-Je peux ?
Fit elel en indiquant le fauteuil en face de celui de Meyris.
-Bien sûre, je vous en prie.
Puis elle s’installa, et le courant pris. Les deux jeunes femmes dialoguèrent pendant un long moment. Meyris n’avait jamais eu l’occasion de rencontrer de Zeltron de son existence, mais elle savait qu’on leur prêtait une réputation de séducteur, qu’il était capable de se servir à leur guise d’une enzyme où quelque chose du genre présent dans leur métabolisme pour instiller le désire chez les autres ; qu’ils jouaient de leur capacités à séduire sans complexe et en toute occasion. Tout semblait indiqué chez Zyllia qu’elle avait était attirer par elle. Toutes ces choses ne manquaient pas de piquer la curiosité de la Mirialane, qui s’était du coups volontiers laisser approcher, même se sachant traquée....

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meyris

avatar

Messages : 162
Date d'inscription : 22/11/2015
Age : 26
Localisation : Vjun

MessageSujet: Re: Meyris, un être angélique porteur de ténèbres   Mar 31 Mai - 22:33

Pendant ce temps-là sur Dromund Kaas. Les éclairs frappaient encore et comme toujours la Capitale Impériale. La navette personnelle du Seigneur Zaylon avait quittée Kaas City pour se rendre plus en retrait dans les terres. Profondément dans la jungle aux abords de la Cité.
Depuis son retour de sa forteresse sur Aldraig, le Seigneur Sith n'avait pas eu l'occasion de voir son Maître en personne. La navette se posa sur l'aire d'atterrissage libre, dans l'enceinte de la forteresse du Seigneur Noir. A sa sortie du vaisseau les soldats se mirent au garde-à-vous comme l'exigeait la hiérarchie Sith.
Un apprenti d'Havocs vint à la rencontre du Seigneur Zaylon.
-Bonjour Seigneur Zaylon, Dark Havocs vous attendait, il va vous recevoir. Si vous voulez bien me suivre...
Le Sith ne répondit même pas, se lançant immédiatement sur les talons de l'apprenti qui lui emboîta le pas.
Il ne fallut pas longtemps pour arriver là où Dark Havocs se trouvait. Le jeune apprenti fit signe au Seigneur Sith d'attendre proche la porte en duracier déjà ouverte.
A l'intérieur le Seigneur Noir était en conversation Holocom avec d’autres personnes. Zaylon se permit le luxe d'épier d'une oreille en attendant.
La discussion s'interrompit assez vite, le grand holocom s'éteint, cessant d'inonder la pièce de sa lueur bleutée. Dark Havocs se retourna, il avait senti la présence de son ancien apprenti. Zaylon avait entendue des bribes de la conversation, il avait retenue simplement quelques choses de moindre importance. Dark Ryaa et Dark Vanish, deux Seigneur Noir membres du même groupuscule Sith que Dark Havocs.

-Ah Seigneur Zaylon !
Dit le vieux sorcier Sith en se retournant vers son ancien disciple.
-Dark Havocs...
-Vous avez pu venir, c'est parfait, vraiment parfait...
La vérité n'était pas vraiment tel, en réalité l'un comme l'autre savait que cette rencontre avait été explicitement demandée par le Seigneur Noir.
-Vous m'avez convié ici excellence...
-Convié ... Oui ... Exacte...
Répliqua le vieux Sith avant de reprendre.
-Un plan que nous avons mis sur pied durant des années est sur le point de se concrétiser... L'étape finale de ce plan se met en place et bientôt cela entrainera le renouveau tant attendu d'un véritable Empire Sith fort et craint de tous... La fin d'une ère de décadence, de luttes intestines meurtrières et d'usurpation...
Zaylon écoutait attentivement la tirade de son supérieur quand il revint à lui porter son attention.
-Si je vous ai demandé de venir Seigneur Zaylon, c'est pour vous discuter avec vous des péripéties de votre ancienne protégée. Avez-vous de ses nouvelles ?

Enfin les motivations de Dark Havocs apparaissaient au grand jour. C'était lui qui avait fait envoyer l'apprentie sur Garos IV, en quête d'une mystérieuse relique de l'ancien Empire Sith.
-Elle est sur Garos IV, mais ... Même si je n'ai aucune nouvelle, tous semble indiquer qu'elle est en vie.
Le Dark resta silencieux un cours instant puis...
-Je sais déjà tout cela, ne me faites pas croire que vous venez de l'apprendre.
Le Seigneur Sith bafouilla, son vieux mentor venait de le prendre de cours et cette question il le savait risquait de le mettre en porte-à-faux.
-Je... Euh non... Bien sûr non, j'ai suivi son évolution jour après jour grâce aux informations collectées par ses implants.
-Et vous croyez que je n'ai pas fait de même ?


Le Seigneur Noir perça de son regard sombre et profond son ancien apprenti.
-Seigneur Zaylon, ne vous fatiguez pas à essayer de me duper... Elle vous a échappé n'est-ce pas ?
Le Sith regardait son Maître puis inclina la tête comme pour présenter ses excuses sans même dire le moindre mot.
-Rassurez-vous je sais déjà tout cela.
-Je suis désolé Excellence, il semble qu'à son arrivée sur Garos IV elle se soit trouver confronter au Gouverneur des lieux...Dark Pradzia.
Le Seigneur Noir feignit éclater de rire, laissant échapper un rire très largement exagéré.
-Je sais déjà tout cela... Je sais également que Dark Pradzia l'a épargné en la confiant à l'un de ses vassaux...Et je m'en réjoui.

Le Seigneur Zaylon marqua son étonnement, ses sourcils se froncèrent.
-Vous vous en réjouissez?
-Tout à fait... Je m'en réjouie, car c’est exactement ce que j’avais envisagé…Dites-moi Seigneur Zaylon, savez-vous qui est le nouveau Mentor de votre ancienne protégée ?
-Je n'sais pas non...

A nouveau le Seigneur Noir éclata de rire, de manière tout aussi exagérée que la première fois.
-Je vous ai déjà parlé de celui qui m'a tout appris, mon mentor, n'est-ce pas?
-Oui excellence...
-Si je vous disais que nous avons dans l'idée de le ramener d'entre les morts, au moyen d'un dangereux rituel du côté obscur; et que pour qu'il retrouve toute l'étendue de ses pouvoirs, il est essentiel que nous retrouvions la personne qui l'en a jadis privé...Que diriez-vous si je vous disais que justement, le nouveau Mentor de votre ancienne apprentie est cette personne?

Le Seigneur Zaylon était impressionné, tout ceci n'avait été qu'une incroyable manipulation de son vieux Maitre, et ceux depuis le début. Alors qu'il lui avait commandé  d'envoyer Meyris sur Garos IV, il avait par avance bâti tout un plan dans l'optique que la jeune Sith vienne à croiser la route du Seigneur Vonkan. Sans que personne autour de lui n'en soit informé le Seigneur Noir avait influencé Zaylon en le conduisant à faire exactement ce dont il avait besoin pour que son stratagème prenne racine. Un plan audacieux et finement mener, une manière habile de tirer profit de toutes ressources à sa portée. Très certainement que la prétendue relique pour laquelle Meyris avait été envoyé sur Garos IV n'eut d'ailleurs été en réalité qu'un objectif secondaire, oui qu’elle n’ait même peut-être jamais existée.

-Si nous pouvions atteindre le Seigneur Vonkan par le biais de votre apprentie, nous serions en mesure de faire coup double...
-Et l'artefact... L'holocron Sith de Garos IV... Celui pour lequel vous m'avez ordonné d'envoyer mon apprentie, celui pour lequel j'ai sacrifié une Disciple très prometteuse...Qu'en est-il?
Havocs fronça les sourcils, le ton employé par le Seigneur Zaylon avait visiblement piquait le Seigneur Noir.
-Ne croyez pas pouvoir impunément ainsi me faire affront Seigneur Zaylon, vous pourriez amèrement le regretter...
Son regard noir transperça celui de son vassal, puis il reprit sur un ton bien moins menaçant.
-Suivez-moi...J'ai quelque chose à vous montrer.
Sans ajouter un mot Dark Havocs passa a côté de son homologue Sith qui le suivit. Ils cheminèrent dans la forteresse jusqu'à arriver au détour d'un couloir, à un escalier de marbre taillé, qu'ils descendirent. Ils finirent par arriver devant un épais sas en duracier que le Dark ouvrit, débouchant dans une pièce rectangulaire toute en longueur remplis de toutes sortes, de consoles et autres ordinateurs. Tout au bout de la pièce une zone plus confinée et, deux consoles dont les écrans étaient bien à l’abri des regards extérieurs transmettaient en temps réel une nuée d'informations diverse et variés.
-Savez-vous ce que vous avez devant les yeux?
Demanda le Seigneur Noir.
-Non...
-Vous vous souvenez lorsque Meyris était enfant? Les tests que nous avions menés  sur elle, les capteurs et toutes les sortes d'implants cybernétiques que nous lui avons greffés ?
Le Sith opina du chef.
-Et bien voyez-vous, vous avez sous les yeux toutes les données récoltées en temps réel par ses implants, je suis ainsi capables de voir à chaque instant, quand je le souhaite l'évolution de votre ancienne protégée.
-Qu'avez-vous appris?
Le coupa le Seigneur Zaylon. Le Dark lâcha un rire étouffé avant de reprendre.
-Le plus important n'est pas ce que je peux apprendre mais plutôt ce que je peux faire grâce à ses implants...
Le Seigneur Noir marqua une courte pause, qui fit malgré tout s'abattre une atmosphère inhospitalière dans toute la pièce.
-Les implants cybernétiques que nous avions greffés a Meyris, me permettent d’être dans sa tête quand je le souhaite, mieux encore j’ai appris a m’immiscer dans son esprit…Dans ses rêves…
Zaylon écoutait patiemment sans, il savait que son mentor avait toujours aimé les grands discours. Il resta donc, patiemment muer.
-Par un ingénieux mélange de technologie et de rituel obscur, je suis capable de façonner les rêves de Meyris…Et rien n’est plus grand que la force d’un rêve…Rien…Chacun d’un nous courre après des rêves…Votre ancienne apprentie ne fait pas exception a la règle…Et ce faisant elle accomplira sans même le savoir nos sombres desseins…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meyris

avatar

Messages : 162
Date d'inscription : 22/11/2015
Age : 26
Localisation : Vjun

MessageSujet: Re: Meyris, un être angélique porteur de ténèbres   Lun 6 Juin - 20:21

La jeune Mirialane se redressa en sursaut sur son lit...Encore ce même rêve...
-Eh Meyris... Ça va aller?
La Zeltronne avait accouru dès lors qu'elle avait entendu le sommeil de son amie s'agiter. Il n'y avait plus de tromperie entre la Sith et la Mercenaire. Meyris au terme de quelques semaines tout de même, avait appris à connaître la belle Zeltronne et avait admis qu'elle puisse être une personne de confiance. Les deux femmes s'étaient liées d'amitié, il n'y eu des lors plus la moindre utilité pour l'Apprentie en cavale à cacher sa véritable identité... Plus de Jayssa Offee.
-Eh...ça va Meyris?
Répéta Zyllia en tenant une main réconfortante à l'épaule de sa camarade.
-Tu a encore fais un de tes cauchemar n'est-ce pas ?
La native de Mirial répondit d'un simple hochement de la tête, tout en portant une main sur son coup. Son cœur battait encore la chamade et sa gorge était encore brulante, serrée, rouge... La pression exercée sur sa trachée avait eu beau n'être que le fruit de son subconscient, elle avait vraiment la sensation d'avoir étouffée.
-Viens j'ai fais du stim-caf...Ça peu te faire que du bien.
La Zeltronne était très attentionnée, Meyris l'en remercia d'un sourire amical. Les deux femmes quittèrent la chambre de la Mirialane puis allèrent prendre leur petit déjeunée.
Dans l'appartement tout était bien rangé dans un autre particulier, mais indéniable. Zyllia avais louée ce petit trois pièces quand elle avait commencé à se faire une petite cagnotte au grès de ses contrats de mercenariat sur Garos IV, puis elle y avait volontiers accueilli la Mirialane en cavale alors qu’elles n’étaient encore même pas amies.
L'appartement était au troisième étage d'un grand complexe résidentiel, une véritable tour d’une vingtaine de niveau. La résidence offrait un standing peu rependu dans la capitale, à tel point que les loyers y étaient pour le plus grand nombre jugés exorbitants. Cependant La mercenaire avait réussi a tomber sur l’occasion d’un prix plus bas que la moyenne et c’était jetée sur l’occasion, sachant très bien que ses contrat lui suffiraient à payer le loyer qui de fait, lui eut presque paru dérisoire.

Les deux femmes se posèrent à table et la Zeltronne alluma l'holonet.
Meyris bus un première gorgée de caf', elle était pensive et son amie pouvais le remarquer sans le moindre mal.
-Tu pense à tes rêves ?
-J'aurais du mal à ne pas y penser, je fais le même chaque nuit depuis que je suis sur Garos...
La Zeltronne ne répondit pas de suite, elle sembla un instant réfléchir.
-Tu sais la d'où je viens, certaines personne crois beaucoup au "pouvoir" des rêves, on accorde à certains d'eux des vertus prémonitoire.
Meyris regardait dans sa tasse tout en écoutant sa camarade parler.
-On dit que certains Jedi ce pouvoir.
-Mais moi je n'suis pas un Jedi.
-Et alors? Vos pouvoir son très semblables...Tu ne vas pas me dire le contraire.
La jeune femme haussa les épaules en avalant une nouvelle rasade de Caf'.
-Mmmmm....
-Jedi comme Sith utilise la force au combat, pourquoi ne permettrait elle qu'au Jedi de voir l'avenir ?
-J'avoue que je n'en sais rien...Mais il me faut des réponses, je devrais certainement rentrer au Sanctuaire à présent, quelque chose me dit qu'il n'y que là-bas que je trouverais des indices.
Zyllia sourit, la Zeltronne savait que son amie le ferait quoi qu'elle en dise, tenter de l'en dissuader ne servirait à rien.
-Si tu penses que c'est ce qu'il te faut faire alors va-y...Mais fais bien attention à toi, quelque chose me laisse penser que même si ton nouveau Mentor a été disculpé, tu cours un grave danger en restant dans les environs du Sanctuaire de Zila...Rappelle-toi qu'ils t'ont pourchassé, traqué comme un bête, ils ont fait de toi une pariât ces dernières semaines.

Meyris ne dit rien, et termina son Caf' sans un mot. La Zeltronne fit de même et se leva.
-Je dois rencontrer un Mandalorien à la cantina au coin de la rue, un certains Jazz Beroya, lui et son clan cherchent à déléguer quelques contrats... J'en ai pris un, 2000 crédit facilement gagnés...Ça te tente de venir avec moi ? On partage la prime bien sûr...
-Non, je te remercie Zyllia ça va aller pour cette fois.
La belle Zeltronne n'insista pas plus. Et partie se préparer dans sa chambre.
-Ok comme tu voudras alors.
Elle le savait très bien, lorsqu'elle rentrerait de son rendez-vous avec le Mandalorien, son amie ne serait plus là, elle l'avait vue dans le regard de la Mirialane, il lui fallait des réponses et elle avait décidé de les trouver quoi qu'il en coûte. Zyllia n'aurait de toute manière rien pu faire pour la voir renoncer. Elle poursuivait un but bien trop personnelle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meyris

avatar

Messages : 162
Date d'inscription : 22/11/2015
Age : 26
Localisation : Vjun

MessageSujet: Re: Meyris, un être angélique porteur de ténèbres   Ven 10 Juin - 19:25


Meyris en tremblait encore, son cerveau lui parue bouillonner, comme en fusion, ses tempes battaient sous l'effet de l'afflux sanguin. C'était une épreuve plus dure encore, que tous les rêves qu'elle avait pu faire jusque-là depuis son arrivée sur Garos.
Elle tremblait, mais elle n'aurait sus dire si c'était le fait de l'émotion qui avait jaillit, tel un flot inarrêtable, alors que le Seigneur Vonkan était entrée dans son esprit, lui rappelant les bribes oubliées de son passé. Ou si au contraire c'était la manifestation d'une haine grandissante en elle a l'encontre du Seigneur Zaylon.
Vonkan n'avait pas répondu à sa dernière question... Même sans, Meyris avait sus... Les images qui avaient fusées dans son esprit étaient bien vrai... Des images de son passé, qu'elle avait oublié, ou qu'on lui avait faites oublier. Les rafles sur Mirial alors qu'elle n'était qu'enfant, la destruction de son village natale par les Sith, le meurtre de ses parents des mains de Zaylon...Et sa sœur...Le Seigneur Vonkan lui avait permis de s'en souvenir, et même si l'expérience fut douloureuse elle était heureuse de connaître enfin toute la vérité.

Toutes ses années a s'entraîner auprès de celui qu'elle croyait, tout ce temps être son sauveur. Celui qui disait même l'être. Qui racontait qu'il l'avait sauvé alors que sa planète natale fut bombardée par les troupes républicaines. Il lui avait fait croire qu'il ferait d'elle une Sith, une vraie...
Tout ceci était faux. Il n'avait fait que lui mentir toutes ses années, et elle avait tout crus en bloc...Le passé qu'il lui avait façonné, les promesses de puissance, de  pouvoir et de gloire. Il l'avait manipulée depuis le tout premier jour...
Mais une question lui taraudait l'esprit. Comment avait-elle pus en oublier la vérité. Elle savait à présent grâce au Seigneur Vonkan qu'elle avait jadis vécue ces événements. Comment pouvait-on oublier des choses aussi traumatisantes. Ça n'avait pas de sens. Zaylon avait sans nul doute réussi a refaçonner les souvenirs de la jeune Mirialane à sa guise, par un moyen qui pour l'heure lui était encore inconnue.
Mais une chose était sûr, il avait eu tort... Et tôt ou tard il le regretterait.

Meyris venait de quitter l'obscure chambre noire ou sa Maîtresse Anallya Vonkan venait de sonder son esprit. Depuis qu'elle était revenue de sa cavale en ville, loin de tout, la jeune femme avait eu l'impression que les choses avaient évoluées à vitesse grand "V".
Pour commencer, son nouveau mentor avait décidé de s'expliquer quant à la période difficile qu'elle avait pu faire vivre même contre son grès à l'apprentie. Bien que ce fut l'occasion pour cette dernière de se faire une amis en ville, en la personne de Zyllia, la mercenaire Zeltronne, elle n'en gardait pas forcément un bon souvenir, tout particulièrement quand elle avait était chasse de son foyer et traquée pendant plusieurs semaines.

Il y avait aussi l'arrivée d'un nouvel apprenti au service du Seigneur Vonkan. Meyris n'avait jamais trop rien dit car rien ne l'interdisait, mais même si l'avancement des enseignements du nouveau disciple était des plus sommaires, il allait de soi, tout nouvelle apprentie peut générer des tensions. Et même inconsciemment Meyris voyait en cela un mise à l'épreuve, un test qui au bout du compte déterminerait certainement lequel des apprentis serait le plus à même de seconder Vonkan.
Tout cela sans compter que si leur Maitresse se devait d'accorder du temps au nouveau venu elle en accorderait autant en moins à la Mirialane.

Pour finir il y avait les rêves, elle s'était faite une raison, ils étaient apparus lors de sa première nuit sur Garos IV, pour une raison qui lui était encore inconnue. Mais elle en était convaincue, il y avait une raison à cela. Garos avait une influence palpable et obscure sur tous. L'atmosphère pesante et le climat continuellement sombre qui régnait sur la planète renforçaient le caractère mystique de ses songes. Des lors que les cauchemars avait commencé a ce répéter, Meyris s'était mis en quête de la vérité. Pourquoi ces rêves? Pourquoi elle? Qu'est-ce que tout cela cachait? Pourquoi ici sur Garos IV seulement?
Il lui fallait des réponses... Tellement de réponses, sur tellement de choses différentes ... A moins que tout ne soit lié...

Pour l'heure la jeune femme, entre l'entraînement physique et le rituel obscurs qu’elle avait subis, était arasée. Rien ne lui faisait plus envie à cet instant qu'une nuit en somme toute, bien méritée. Elle regagna donc ses quartiers non loin de là, en périphérie du domaine du Seigneur Vonkan. Arrivée, seule dans sa chambre, elle se dévêtit et s'enveloppa dans un drap de soie avant de se coucher dans son luxueux lit douillet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meyris

avatar

Messages : 162
Date d'inscription : 22/11/2015
Age : 26
Localisation : Vjun

MessageSujet: Re: Meyris, un être angélique porteur de ténèbres   Sam 2 Juil - 12:10


La Mirialane avait enfin finie par révéler la vérité au sujet de ses rêves à son nouveau Maître.
Pourquoi maintenant et pas plus tôt ?
Parce que la donne avait récemment  changée.
Pour la première fois depuis qu'elle était  sur Garos IV, ses songes avaient évolués. Alors qu'au pare-avant, le rêve s'interrompait au moment où une force invisible la soulevait du sol, l'étreignant et la réveillant en sursaut; cette nuit ça avait été différent. Pour la première fois depuis le tout début, au-delà de cette terrible étreinte, elle s'était battue, cette fois la force l'avait accompagnée et servie. Elle avait puisé dans toute sa haine et sa colère pour se libérer de l'emprise de cette main invisible qui chaque nuit faisait pression sur sa gorge. Et le côté obscur lui avait permis de se libérer. Dans une explosion de rage, la jeune femme balaya l'aura malfaisante qui l'étouffait, une onde de choc obscure inonda son songe...

Puis plus rien, plus le moindre bruit, pas la moindre voix dans sa tête, pour la première fois le rêve s'était apaisait. C'était comme si au bout du compte, son inconscient n'avait cherché qu'une chose, ça ! Meyris avait laissée libre cours au Côté Obscur et à présent, il semblait l'en remerciait.
Au-delà de l'étreinte lugubre disparue et du calme semblant de retour, son rêve ne s'était pas interrompu pour autant.
A présent elle avait eu accès à un couloir étroit caché derrière une épaisse porte en pierre qui venait de s'ouvrir à elle. Le boyau souterrain était en pente douce et semblait s'enfoncer plus encore dans les profondeurs abyssales du Sanctuaire. Bientôt il fit plus sombre que dans la gueule d'un Sarlaac. Mais Meyris n'avait pas besoin de lumière, elle ne la supportait d'ailleurs pas, lui préférant les ténèbres.  Qu'importait en l'occurrence elle n'avait besoin d'aucune source de lumière pour voir, rien ne lui faisait à présent plus défaut mais, elle n'aurait de toute manière pas voulu polluer la quiétude du sanctuaire endormit en le baignant de lumière nauséabonde. Non elle n'avait besoin de rien, elle connaissait les ténèbres ils étaient de bon amis. Elle continua ainsi son périple dans ses rêves, uniquement guidée par la Force, par son côté obscur. Finalement au bout de l'allée la jeune femme débouchait sur une nouvelle porte en pierre qui s'entrouvrit, a son approche. Derrière, une salle circulaire, d'environ quinze mètre de diamètre. Et au milieu une imposante stèle faite de pierre et tout autour des tas d'objet décoratifs d'un goût certains mais qui était a n'en pas douter là depuis des siècles, voire peut-être même des millénaires. Les toiles d'araignée et l'amas de poussière sur tous les objets de la pièce confirmaient cette hypothèse. Parmi ceux-ci Meyris pu distinguer des statues en aurodium, des vases luxueux des poteries anciennes.
Tout semblait indiquer que la pièce eu en réalité été une sépulture. Et à y regarder de plus près, l'imposante stèle en son centre en fut certainement la tombe.


La jeune femme s'approcha, immédiatement une aura sombre émana de la tombe tourbillonnant dans la pièce, autour de la perturbatrice puis revint au centre, ce positionner au-dessus du sarcophage, se densifiant, elle prit bientôt la forme d'une silhouette. Fine et grande, toute en longueur, bien deux mètres trente de haut, une chose était sûr ce n'était pas celle d'un humain.
Bientôt les contours furent mieux dessiné, mais pas encore suffisamment pour y discerner un genre ou une race.
Meyris était figée, c'était comme tous ces rêves où l'on tente de se mouvoir mais que nos mouvement son entravés, ralentis.
Face à elle l'esprit leva une main, elle le fixa, droit dans les yeux s'il en avait eu, sous son capuchon.
"Den evorl ver aki jer sabah..."
Était-ce l'esprit qui avait parlé? Où n'était-ce encore qu'une duperie de son subconscient?
"Den evorl ver aki jer sabah..."
Qu'est-ce que cela signifiait ?
L'esprit tendit sa main, sa paume vint face au visage de la jeune femme...Puis comme dans ces précédent rêves, sa vision qui se floutait et plus rien, le néant...
C'était à cet instant que Meyris c'était réveillée.

Quand elle le lui avait racontait, Vonkan pensa que l'esprit décrit dans la vision pouvait être celui de Dark Fa'alm, tout du moins la description d'un "humanoïde" fin et longiligne collait tout à fait a un Pau'an, dont Fa'alm eu était un représentant.
De plus les liens mis au jour à propos du passé commun entre l'apprentie et le Seigneur Noir disparue avaient piqué la curiosité du Mentor.
Quand Meyris était tombait en catalepsie, elle avait prononcé  une série  de mot qui justement,  là aussi avait créé pour certain le questionnement chez sa Maîtresse.
La jeune femme ne se souvenait que de très peu de chose au sujet de cet événement, simplement qu'elle en était ressortie avec d'affreuses nausée, un mal de crâne à s'en tordre de douleur et enfin quatre des mots qu'elle avait dit dans sa transe: "Rhelg, Garos Aldraig et Havoc", et si les trois premier étaient les noms de systèmes qu'elle avait tous visités, le dernier ne lui évoquait strictement rien.
Le Seigneur Vonkan en avait ainsi déduit que son apprentie était peut-être l'instrument d'une machination visant au retour du fanatique Seigneur Noir. Que par on ne savait quel moyen, une connexion existait possiblement entre la Mirialane et le Pau'an.
Meyris avait cependant remarquée quelque chose, son Maître avait semblait il tiqué lorsqu'elle avait évoqué son passé sur Aldraig IV.

Même si avec le recul elle ne trouvait pas le lien, il y en avait sans nul doute un...
Il devait y en avoir un et Meyris se devait de le trouver.
Peut-être cela cachait il quelque chose, en tout cas elle se devait d'en percer le mystère, non seulement pour sa satisfaction personnelle mais aussi pour sa survie.
Car il ne faisait plus aucun doute que si l'hypothétique lien existant entre la jeune femme et le Seigneur Noir disparu était avéré, Meyris ne tarderait pas à être considéré comme une traîtresse et sa Maîtresse plus que quiconque chercherait à s'en débarrasser.

Si pour l'heure elle avait besoin de repos, Meyris était à présent plus décidée que jamais à trouver des réponses, pour commencer qu'est ce qui était a l'origine de ses rêves, peut-être avait on fait en sorte que cela lui arrive. Ensuite Dark Fa'alm, si Vonkan avait raison elle et le Seigneur Noir supposé disparu avaient un lien, en rapport avec Aldraig mais dans tous les cas Meyris était décidée à en apprendre plus sur le Pau'an même si les indices étaient bien souvent infimes a son sujet. Et enfin, que signifiaient ses rêves "Den evorl ver aki jer sabah" avait dit l'esprit dans sa vision, la jeune femme ne connaissait pas la signification de ces quelques mot ni même leur origine. Mais elle savait où cherchait. En ville un Bureau de l'Histoire Imperial renfermait tout un tas d'écrits plus ou moins ancien, c'est là qu'elle irait chercher les réponses a cette dernière question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meyris

avatar

Messages : 162
Date d'inscription : 22/11/2015
Age : 26
Localisation : Vjun

MessageSujet: Re: Meyris, un être angélique porteur de ténèbres   Lun 29 Aoû - 15:24


Ce fut la première fois depuis son exil, que Meyris remettait les pieds en ville. C'était un véritable soulagement que de ne pas avoir à se retourner sans arrêt, de peur d'être épié, de ne pas se sentir sans cesse observé, scruté, traqué. Cette fois ci elle paradait librement, son Sabre Laser bien en évidence, pendu à son ceinturon. Les passants qui posaient les yeux sur elle transpiraient la crainte et la peur, la plupart détournés même le regard a son contact, de peur de croiser le sien. La peur, c'était ce qu'elle se devait d'inspirer, c'était ce que se devaient d'inspirer tous les Sith. Même si ce n'était pas a proprement parler une des lignes du code Sith, Meyris était une fervente adepte du dicton :"Par la crainte j'obtiens la soumission". Et elle se délectait de se sentir ainsi crainte et par conséquent respectée.

La jeune femme se dirigeait à grandes enjambées en direction de son but, le Bureau Historique Imperial de la Capitale. Elle arriva très vite dans la vieille ville, cœur de l'administration impérial de Garos, c'est dans cette zone de la Cité que se trouvait le bâtiment. Au détour d'une avenue très fréquentée, bordée de Bistrots, elle prit sur la droite dans une ruelle plus étroite et sinistre qui fendait le bloc de bâtiments, pour déboucher sur la place principale du quartier.
Et voilà elle y était. Le Bureau Historique Imperial de Garos. Le bâtiment était magnifique, entièrement fait en pierre poli dans un style qui pour Meyris était sans pareil dans tous les mondes de l'Empire. D'immenses voute culminant a plusieurs dizaines de mètres du sol, une nuée de colonnes cerclant le corps du bâtiment. Çà et là, des statues en Bronzium ou Aurodium à l'effigie des Gardiens Sith des archives de jadis, soigneusement rangées montrant le chemin.
Le tout était d'un style ovoïde très peu commun dans l'architecture Sith, mais d'un goût et d'une finesse extrême, tout avait été réalisé il y avait plusieurs siècles, voir peut-être des millénaires mais avec un clair souci du détail.
La jeune femme gravit les quelques dizaines de marche de marbre reluisantes, pour arriver face à la colossale porte d'entrée en duracier parée d'Aurodium, puis elle entra.  


C'était impressionnant, les mots ne lui vinrent même plus. Jamais sur aucune de toutes les planètes qu'elle avait pu visiter, elle n'avait vue pareil chose.
Elle en restait bouche bée. L'intérieur n'avait rien à envier au dehors. Là encore, tout transpirait le luxe et la puissance. Les colonnes remontaient depuis le sol jusque au sommet de l'édifice, semblant soutenir tous les étages sans le moindre mal. On pouvait compter cinq niveau au-dessus du grand hall principale, cerclant le cœur du bâtiment, chacun semblant reposer sur d'immense arches entres chaque colonnes. A chacun d'eux, rigoureusement espacés entre les allées d'archives, d'imposant vitraux en formes de rosaces transmettaient une lumière exagérément intense, qui au vue du climat de Garos ne pouvait être qu'artificielle. Des balustrades en marbres bordaient à chaque niveau le vide vers le Grand Hall, à celles-ci pendaient environ tous les dix mètres des étendards de l'Empire Sith qui allaient toucher le sol des niveaux en dessous. Tout n'était fait que de roche, d'aurodium et d'autres matériaux nobles.
Le bâtiment était sans conteste un joyau et une vitrine de l'âge d'or des Sith, symbole incontestable de richesse, de magnificence et de pouvoir. Si tel était bien le cas il devait avoir environ un millénaire. Meyris s'était dit que des édifices aussi raffiné et élégant n'était pas monnaie courante au sein de l'Empire Sith actuel, qui leur préférait bien souvent la résistance et la noirceur du duracier et du durabéton.

La Jeune femme s'avança vers le centre du Grand Hall, au cœur de celui-ci trônait une fontaine reluisante en marbre et moulures dorés. C'était étonnant, une fontaine à l'intérieur... De celle-ci coulait en continue un liquide légèrement rougeâtre mais d'aspect semblable à de l'eau,  tout du moins de même consistance. La Mirialane s'approcha plus avant, pour analyser avec plus de véracité. C'était assez étrange, comme si l'eau avait était teinté ou peut-être souillé avec une tierce matière plus visqueuse. Intriguée, elle alla pour plonger sa main.
-Non ! ...
Surprise la jeune femme se retourna, stoppée net dans son élan.
-Vous n'êtes pas la première a tenter de la toucher, mais hélas nul n'en a le droit.
C'était un Sith, visiblement très âgé, au teint blafard et aux paumettes creusées. Comment avait-il pu échapper si facilement à la vigilance de Meyris, c'était comme s'il était tout bonnement apparu de nul part.
Cependant il ne représentait absolument aucune menace, Meyris en était certaine.
-Qu'est-ce que c'est ? Dit-elle en désignant d'un hochement de la tête la fontaine derrière elle.
-La fontaine du Savoir. En elle coule une eau millénaires, jumelée au sang de chacun des Gardiens du Savoir qui on régit ce lieu depuis sa création.
Le Sith marqua une courte pause. Un sourire noir et macabre se dessina soudainement sur son visage, puis il reprit.
-Une sorte de rythe initiatique, le Gardien du Savoir en place est tué par son élève unique une fois qui lui a tout appris, celui-ci verse ensuite dans cette fontaine une fiole de sang du défunt. Une passation de pouvoir en sommes toutes des plus naturelles chez les Sith. N'est-ce pas ?
Meyris ne répondit pas, elle fit simplement un mouvement de tête sur le côté pour lui signifier qu'elle avait compris.
-Alors qu'est-ce qui vous amène?
-Je suis Mey...
N'eut elle que le temps de dire, arrêtée par le vieux Sith vouté.
-Je sais déjà qui vous êtes Meyris, apprentie du Seigneur Anallya Vonkan, et moi je suis Moat Severisse, Gardien du Savoir des Archives Sith de Garos...Soyez la bienvenue dans mon antre.
C'était surprenant très peu de gens sur Garos savait qui elle était, ni même son prénom. Encore plus surprenant jamais elle n'avait entendue personne prononcer le nom de son Maitre dans son intégralité, pour la majorité celle-ci était simplement le Seigneur Vonkan. Peut-être bien que ce "Gardien du Savoir" savait vraiment beaucoup de chose, se dit alors la jeune femme intriguée.
-Je cherche des réponses, à propos de rêves qui me hantes, de mots que je dis parfois dans mon sommeil, et d'un nom qui revient sans cesse.
Le vieux Mestre hochait la tête  sans vraiment donner l'impression de comprendre. Puis une fois que Meyris eu fini il tourna les talons lui faisant signe de le suivre.
-Venez Meyris, j'ai sans doute des réponses pour vous... Commencez donc par m'expliquer vos rêves, pendant que nous marchons.
Ainsi ils arpentèrent le grand hall vers les couloirs sous les colonnades, pour accéder aux étages supérieurs, durant ce temps la jeune femme expliqua ses tourments au vieux gardien des lieux ; des mots qu'elle avait prononçait durant sa catalepsie, jusqu’aux soupçons portés sur Dark Fa'alm. Finalement ils arrivèrent au troisième étages de l'édifice, a perte de vue on ne voyait que d'innombrables allées d'archives en tout genre; registres sur filmsiplast, blocs de données, Datapad, Holo-disque, tous formats étaient présent, parfois même de vieux ouvrage et autres registres et grimoires sur papier. Meyris se rendit compte en en voyant un, que c'était certainement la première fois qu'elle voyait du papier de ses propres yeux. Un peu plus loin ils prirent à gauche dans une de ces allées, marchèrent encore quelques mètres et le Sith s'arrêta devant un rayonnage d'archives.
-Nous y sommes !
Il prit le bloc de donnée entreposé sur l'étagère et l'alluma.
-Mmmm...


Ensemble ils étudièrent le registre pendant de nombreuses minutes, Celui-ci était un condensé de tous ce qu’il y avait à savoir sur Dark Fa’alm, autant dire malgré tout, peu de choses.
On perdait toutes traces du Seigneur Noir après son passage sur Aldraig IV et la destruction de sa Station Orbitale en Orbite du Système. Meyris fit le rapprochement immédiatement. La période correspondait parfaitement avec celle où elle aussi se trouvait sur Aldraig, en compagnie de son ancien Maître le Seigneur Zaylon et justement sur une mystérieuse Station Orbitale dont elle n'avait ensuite plus jamais entendue parler. Comme par hasard a la suite de cet épisode, plus la moindre traces de Dark Fa'alm non plus. Une chose était de fait certaine. Il était impossible que son ancien Maître n'ai eu aucun contact avec le Seigneur Noir lors de cette période si il s’était bien trouvé sur cette fameuse station Orbitale, QG présumé de Fa’alm.

Meyris pu ainsi en apprendre un peu plus sur le Pau'an, bien qu'il s'agisse souvent de bien minces bribes d’informations, plutôt que de véritable preuves. Tout semblait indiquer qu'il était né sur Utapau plus d'un siècle avant notre ère, qu'il était entré au sein de l'ordre Sith sous la houlette d'un Seigneur dont on ne savait strictement  rien. Il avait ensuite selon toute vraisemblance gravit les échelons les uns après les autres à une cadence relativement soutenue. On y apprenait aussi qu'il était assez solitaire ne rendant visiblement jamais de compte au Conseil Noir ou à l'Empereur. Et par-dessus tout on découvrait qu'il avait en son temps voué un véritable culte à l'immortalité, et à l'étude des sciences obscurs de la Force, que c'était un inconditionnelle obsédé du pouvoir suprême et des ténèbres. Et enfin qu'il s’était fait des spécialités de la Sorcelerie et de l'Alchimie Sith.
Un peu plus bas, presque en toute fin du registre étaient mentionnés des mots et noms. Des bribes de l'histoire connue de Dark Fa'alm. C’est là, parmi ces éléments qu’un mot sauta aux yeux de la jeune femme.
-Havoc !
Le vieux Sith rabougri scruta la jeune femme, les yeux grands écarquillés.
-Ce nom vous dit quelque chose ?
La jeune femme mis un certain temps à retrouver le chemin de la réalité, elle était bouche bée. N’en croyait pas ses yeux. Havoc, l’un des mots qu’elle avait prononcé il y avait de cela plusieurs jours alors que face à sa Maitresse elle était tombée en catalepsie. Inconsciente elle avait alors prononcé une série de mots.
« Pouvoir suprême, Ténèbres, Aldraig, Rhelg, Garos, Résurrection, Havoc » Répéta elle a voix basse.
Havoc…Une nouvelle page de son histoire venait de se tourner, mettant clairement en lumière un des éléments la liant a Dark Fa’alm, pour elle ne savait encore quelle raison.
-Je connais ce nom…Enfin, je veux dire, il fait partie de ceux que j’ai prononcés durant ma transe…Qu’est-ce que cela signifie.
Le Sith ne pus retenir un ricanement mal saint et narquois.
-Oh eh bien on dirait que j’ai des réponses plus qu’utiles pour vous. Havoc voyez-vous, est le nom d’un Seigneur Noir des Sith, il est clairement mentionné dans ce rapport  comme ayant été un fidèle de Dark Fa’alm, peut-être même un de ses premiers apprentis. Mais il y a encore plus drôle voyez-vous…
Meyris regardait fixement le Gardien des lieux avec un regard sévère et profond, comme si elle aller lui sauter à la gorge. Il ricana, sur un ton rauque et sombre qui résonna dans toute cette portion l’édifice, puis il reprit le sourire aux lèvres.
-Que diriez-vous si je vous apprenais que ce Dark Havoc est justement celui qui fut jadis le mentor de votre ancien propre Mentor ?
Meyris bouillonnait, son sang lui battait dans les tempes, comme si son crâne allait littéralement exploser.
-Quoi ?
-Vous m’avez bien compris Meyris, le Seigneur Zaylon fut autrefois l’apprenti de Dark Havoc, et on peut sans trop de mal imaginé que Dark Havoc fut quant à lui il y a certes fort longtemps l’apprenti de Dark Fa’alm…Intriguant n’est-ce pas ? Je pense à présent que vous avez toute les réponses que vous cherchiez n’est-ce pas ?

Meyris y voyait à présent bien plus clair. Tout semblait étayer ses pires craintes. Rien ne pouvait à présent plus infirmer ses soupçons sur Dark Fa’alm et le Seigneur Zaylon. Mieux encore elle savait désormais pourquoi elle était la seul à faire de tels rêves mais aussi certainement à quelles fins. Dark Fa’alm, Dark Havoc, le Seigneur Zaylon puis elle, c’était une suite logique.
Meyris était sur le point de laisser exploser sa rage, elle savait à présent qu’elle n’avait été que le pion d’une machination mise en œuvre par son ancien Maître et ses supérieurs, peut-être que cela laissez présager comme l’avait laissé penser le Seigneur Vonkan au retour de Dark Fa’alm d’entre les morts.
Meyris y pensait et cela lui rongeait l’esprit et la mettait dans une fureur des plus dévastatrices.
Mais elle repensa à une chose. Lorsque Zaylon l’avait envoyait ici, il lui avait commandé de trouver un Holocron Sith sur Garos, comme elle l’avait déjà fait sur Rhelg et si ces deux systèmes faisait partie des noms qu’elle avait dit durant sa transe, cela ne pouvait pas être une simple coïncidence, peut-être que les trois système : d’Aldraig , Rhelg et Garos eurent était des éléments du plan de Zaylon, dans ce cas-là, Meyris savait ce qu’il lui fallait faire, elle irait trouver sur Garos ceux pourquoi elle était venu mais, cette fois dans le seul but de réduire à néant les projets du Seigneur Sith. Cette idée fit sourire la jeune femme, elle se ravisa regagnant son calme, parant son visage d’un air mystérieux et satisfait, transpirant de complaisance. Elle se retourna et commença à marcher vers la sortie du temple. Puis soudain quelque chose lui traversa l’esprit, elle fit volte-face et demanda au vieux Sith.
-Une dernière chose…"Den evorl ver aki jer sabah"…Qu’est-ce que cela signifie.
Le vieillard releva la tête.
-C’est une suite de mots tiré d’un Sith très ancien, la langue Sith parlée jadis par les Kissaï, une caste de Prêtre Sith aujourd’hui disparue…Ces dernier millénaires très peu de Sith on fait perduré une tels langue, mais on pourrait traduire cela par : " Avancer vers ce qui est Ténèbres".
Pleinement satisfaite, Meyris adressa alors un hochement de tête en guise de remerciement au vieil homme avant cette fois, de quitter les lieux pour de bon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meyris

avatar

Messages : 162
Date d'inscription : 22/11/2015
Age : 26
Localisation : Vjun

MessageSujet: Re: Meyris, un être angélique porteur de ténèbres   Mar 15 Nov - 17:48


Vonkan s'avança dans son fauteuil, s'accoudant au bureau elle joignit ses mains devant elle.
Meyris venait de tous lui raconter concernant ses récentes découvertes au sujet de Fa'alm et du lien qui existait entre lui, Dark Havoc et le Seigneur Zaylon.
C'était bizarre rien sur le visage de la Sith ne semblait trahir la moindre émotion, c'était comme si les nouvelles ne la touchaient pas, peut-être le savait elle déjà, ou alors n'en avait-elle rien à faire, pensa l’apprentie. La froideur de sa Maîtresse la laissa de marbre.
-Le voile semble finalement se lever...
C'est la seule réponse que tint le Maître à son apprentie.
-Comment ça?
Questionna la Mirialane. Vonkan resta silencieuse, s'en fit presque devenir l'atmosphère pesante. Finalement le Maître se renforça dans son siège.
-Tes découvertes sont des plus accablantes, il ne fait donc plus aucun doute sur l’implication de ton ancien Maître dans le complot de Dark Fa’alm.
L’humaine fronça les sourcils, braquant un regard noir et perçant dans les yeux de sa jeune élève.
-Tu m’as dit que lorsqu’il t’a envoyé ici, c’était dans le but de trouver un artefact Sith d’antan, dans un sanctuaire a présent oublié de tous. Et aujourd’hui tu me dis que selon toi, tes rêves…Ce temple abandonné…C’est là, la clé qui te permettra de trouver, ceux pourquoi tu étais alors venue sur Garos…
La Sith marqua une courte pause avant de reprendre les yeux plus encore rivés dans ceux de sa disciple.
-Tu m’as dit aussi que c’était ce que tu avais déjà fait pour lui sur Rhelg, trouver un holocron Sith qu’il t’avait alors présenté comme ayant peut-être été l’œuvre de Ludo Kressh, une mission alors réalisé avec succès. Etrange comme comportement, il faut l’avouer…N’est-ce pas ?
Meyris hocha simplement la tête, et Vonkan reprit aussitôt son monologue, sur un ton encore plus sinistre et toujours autant emplit de noirceur.
-Voici ce que je pense…Ton ancien maître et mentor Dark Havoc œuvrent dans l’ombre pour le retour de Fa’alm. Ainsi, j’ai croisé tous les éléments à ma portée ; ce que tu m’a raconté, la relique que tu as découverte sur Rhelg, l’épisode sur Aldraig IV… Et de fait, je pense avoir compris certaines choses au sujet de ce qui peut se tramer… Je crois, vois-tu, que ce pseudo Triumvirat dont fait partie le Seigneur Zaylon cherche à accomplir un rituel particulier. Réalisé ce que je pense encore n’être qu’un mythe. Mais, si Garos abritait bien l’une de ces reliques alors…L’hypothèse n’en serait sans doute plus une…
Meyris était captivé par les paroles de sa maîtresse, celle-ci semblait visiblement toujours la sonder, de la manière continuelle avec laquelle elle l’avait toujours fait. Peut-être croyait elle encore que son apprentie eu était de près ou de loin l’instrument de la machination de Dark Fa’alm, peut-être un « agent double », Ou alors n’étais-ce tout simplement que la nature profonde de Vonkan... Ce monologue bien que parfois ponctué de pics pouvant sembler accusateur était une histoire dont Meyris se prenait à ne plus vouloir décrocher, comme une livre qu’on ne voudrait plus refermer, trop impatient d’en connaitre le dénouement.
-Apprentie, tu n'es certainement pas sans connaître l'histoire du Seigneur Noir Tulak Hord, n'est-ce pas?
Meyris hocha à nouveau la tête, puis Vonkan reprit.
-Tu sais donc sans nul doute que c'est à lui que l'on prête bien souvent la découverte du secret de la vie éternel... Ce qui est naturel, sachant qu'à peu près tous les Sith connaissent cette histoire... Ce qui néanmoins est connu de bien moins de monde, c'est la vieille prophétie qui entoure ce mythe.
-Quelle est cette prophétie Maître...
Vonkan plongea son regard au plus profond des yeux de son apprentie.
-Eh bien vois-tu, on raconte que Tulak Hord au sommet de son art et de sa gloire avait acquis tant de savoir, que sa quête insatiable d'un pouvoir toujours plus grand le conduisit à explorer de nouveaux horizons de la force et du côté obscur. Des facettes pour certaines encore inexplorées, et pour d'autres, alors oubliées du plus grand nombre. Parmi les savoirs oubliés que le Seigneur Noir expérimenta, il y avait l'alchimie Sith... L’Alchimie Sith était alors une science quasiment tombée dans l’oubli, développée par les Sorciers Sith d’antan. C’est une science mystique, occulte et terrifiante qui intervient dans de nombreuses applications visant bien souvent à modifier un être ou un objet. Elle est utilisée par exemple pour augmenter la puissance, la force et la résistance des armes et armures ainsi que pour développer et parfois, améliorer génétiquement certaines espèces dans le but de les rendre plus dangereuses ou même contrôlables. Egalement et plus couramment, elle permet de développer des poisons et des toxines d’une efficacité remarquable et le plus souvent, létale. Enfin, les plus érudits parmi les anciens Sith l’utilisèrent, dit-on, pour... Réveiller les morts.

Vonkan marqua une pause, pencha la tête d’un côté, puis de l’autre, tachant de savoir si son apprentie la suivait toujours…C’était le cas.
-Etudiant sans relâche et tel un forcené, se tuant a la tâche jour et nuit, Hord rassembla l’intégralité de ses connaissances au sujet de l’alchimie Sith, les compilant tous dans son unique esprit, à tel point disait-on qu’il devint le plus redoutable praticien de l’Alchimie Sith que cette galaxie ai jamais connue. La légende raconte qu’après des années de recherche, il eut découvert le secret de la vie Eternel. Et que sa seule conscience, ne suffisant plus à contenir tant de savoir, il segmenta son esprit dans trois Holocron distinct, qu’on surnomma alors les Reliques de l’Eternité. Étonnamment, le règne de Tulak Hord dura encore près d’un siècle après cela, beaucoup en conclurent alors que la légende était vraie. Mais, même celui qui ne pouvait mourir de l’écoulement du temps et qui avait, disait-on, vaincu la mort, n’en resta finalement pas moins en proie à la trahison. Alors, quand le règne du grand Tulak Hord pris finalement fin, des mains du seul pour qui il eut un jour de l’estime, son apprenti : Ortan Cela ; lorsque celui-ci le poignarda, Hord se retourna. Et au seuil de la mort, la trahison de son apprenti fit déferler en lui une rage et une haine telle que dans un ultime hurlement haineux le Seigneur Noir matérialisé une brèche spatio-temporelle qui absorba les reliques de l’Eternité. Le secret de la vie Eternel disparue ainsi et Hord mourut certain que jamais son traitre d’apprentie n’obtiendrait ce savoir, dernier enseignement qu’il ne lui eut jamais donné. Toute sa vie Ortan Cela chercha les reliques sans jamais les trouver, néanmoins persuadé qu’elles avaient été expédiées au quatre coins de la Galaxie. Les années passèrent et à son tour Cela mourut, la légende des Reliques de l’Eternité perdura mais avec le temps qui passait de moins en moins de Sith retinrent cette prophétie, qui finalement fut oublié du plus grand nombre…Jusqu’à aujourd’hui.


Meyris écarquilla grand les yeux, à présent elle comprenait le fin mot de l’histoire, une lanterne éclaira son esprit, tout semblait à présent plus clair. Vonkan perça d’un regard profond les yeux de son apprentie, elle voyait que celle-ci avait compris.
-J’imagine à en voir ton expression que tu as à ton tour compris ou je voulais en venir.
La Mirialane ne répondit rien, elle resta là, muette, figée, comme assommée par un coup de massue, et la Sith reprit…
-Je ne sais encore trop par quelle moyen mais, il semble clair que Dark Fa’alm et ses adeptes préparent son retour, et à en juger par les fait, certainement de la pire des manières à laquelle nous aurions pu penser. Hélas, j’en ai bien peur, tout porte à croire que l’Holocron que tu as récupéré sur Rhelg pour le Seigneur Zaylon puisse bien être l’une de ces mythique Reliques de l’Eternité…Ce qui signifie que…
L’humaine marqua un temps d’arrêt, et leva la tête en l’air comme pour montrer qu’elle réfléchissait à quelques chose.
-Notre ennemie possède à présent une de ces reliques… Alors que nous… Nous n’en avons encore aucune… Mais si tu dis vrai, et que tes rêves ne te trompe pas alors… La seconde de ces reliques pourrait être ici sur Garos…
Comme un éclair de génie, Meyris fut soudain frappé par une évidence, d’un sursaut elle coupa sans même sans rendre compte à son Maître.
-Je sais…Rhelg, Garos, Aldraig !
-Silence !
Rétorqua Vonkan haussant la voix d’un ton réprobateur, la jeune Mirialane se tut, visiblement « renvoyé dans les cordes ».
-Je vois où tu souhaites en venir et je te félicite de ce raisonnement qui semble être le bon… Effectivement si on en juge la véracité de tes songes et que cela venait a confirmer la présence de la seconde Relique de l’Eternité ici sur Garos IV, alors on pourrait être tenté de penser que la dernière pièce du puzzle puisse se trouvé sur Aldraig, naturellement si on fait l’amalgame entre tes rêves et ta récente crise cataleptique…Mais effectivement c’est un raisonnement qui a le mérite d’être parfaitement censé. Quoi qu’il en soit, nous ne pouvons pas nous permettre de perdre la main…Il faut que nous rééquilibrions les poids sur la balances, pour cela, tu t’en doutes, nous devons trouver la relique de Garos. Et c’est à toi qu’incombera cette tâche. Mais avant cela… Je souhaiterai que tu te débarrasses une bonne fois pour toute de tes rêves…
Meyris ne comprenait pas bien cette dernière phrase, que voulais donc dire son Maître ? Ces rêves n’était-il pas la chose qui avait permis de mettre au jour le complot qui se profilé à l’horizon ? Pourquoi ne pas continuer à les utiliser ? Et pire encore mais de manière plus simple, comment pouvait elle chasser ses rêves qu’elle faisait depuis qu’elle était arrivé sur Garos IV, par quel moyen ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meyris

avatar

Messages : 162
Date d'inscription : 22/11/2015
Age : 26
Localisation : Vjun

MessageSujet: Re: Meyris, un être angélique porteur de ténèbres   Mar 24 Jan - 18:58

-C'est fascinant...Tout bonnement fascinant.
-Je ne suis pas certaine d'être aussi...Fasciné que vous docteur.
Meyris ouvrit les yeux. Elle sentit qu'il lui fallait lutter pour les tenir ouverts, l'anesthésie faisant visiblement encore effet. A croire que Nero avait forcé un peu sur la dose, a en jauger la difficulté qu'elle avait à se réveiller, c’était certainement le cas. Au bout de quelques dizaines de secondes qui lui parurent une éternité, la Mirialane parvint à tenir ses yeux ouverts un instant. Même les yeux ouverts ses sens restaient très amenuisé, en forçant pour rester éveillé elle avait visiblement amoindrit ses autres sens. Le son porté à ses oreilles en était spontanément devenus étrange, déformé, brouillé, comme c'était parfois le cas dans ses rêves.
Vonkon venait de remarquer que la jeune femme luttait contre la violence du produit qui circulait encore dans ses veines. Elle s'approcha de sa jeune apprentie et, se penchant au-dessus d’elle posa une main rassurante sur sa poitrine.
-Tout va bien Meyris, ne lutte pas...L'opération c'est très bien déroulée. Laisse le temps faire son œuvre.
Les paroles de la Sith se voulaient étonnamment apaisantes; assez peu commun pour un Sith. Mais Meyris croyait sa maîtresse elle se laissa guidée par les mots de cette dernière, sa respiration s’apaisa, elle devint moins saccadé, puis la jeune femme se renfonça dans l’oreiller. Ses sens étaient toujours brouillés et ses paupières redevinrent lourdes, quelques secondes supplémentaire qui s’écoulèrent, l’entrainèrent de nouveau dans un sommeil profond.



Ses yeux s’ouvrirent, le produit avait perdu son efficacité, cela dit il était encore impossible pour la jeune femme de savoir combien de temps elle avait bien pus dormir. Au loin dans une pièce à coté elle entendait des personnes discuter. La léthargie de ses sens disparues elle reconnue vite l’une des voix. Poussant sur ses avant-bras Meyris se glissa hors du lit chirurgical qui avait servi de support durant son opération. Ses pieds touchèrent le sol froid en duracier de la salle. Un léger vacillement, la contraint à se rattraper a la chaise toute proche. Ses sens revenaient peu à peu mais il était encore trop tôt pour en demander d’avantage à son corps. La vue d’un un miroir proche attira son regard. Quelles avait pu être les conséquences physiques de cette opération ? S’approchant un peu plus, elle pus admirer le travail du Docteur Nero. En apparence un véritable chef-d’œuvre chirurgical se dit-elle. Retirant le pansement elle put admirer une minuscule plaie, tout juste un centimètre et demi, trônant à sur la partie arrière droite de se son crâne. Elle hocha la tête l’air satisfaite. La vue de cette cicatrice la conforta dans l’idée que le scientifique avait trouvé quelque chose qui comme son Maître l’eu imaginé régissait ses songes. Il lui fallait à présent en avoir le cœur sûr. La jeune femme relâcha sa prise sur la chaise.

Quelques secondes suffirent à voir si son équilibre était revenu. Lâchant la chaise elle pus constater que c'était le cas. Cette fois ses pas n'étaient plus chancelants, ses jambes plus stables, suffisamment pour lui permettre de soutenir le reste de son corps dans une marche de quelques minutes. Elle s'élança vers l'origine des voix, en direction des pièces alentours. Peu soucieuse de son apparence et de ce qu'elle pouvait dégager dans cet accoutrement, elle ne prit pas le temps de s'habiller plus que nécessaire. Elle déambulait ainsi dans les couloirs de la clinique, a moitié nue. Tout juste vêtu de quoi cacher ses parties intimes.
Finalement elle parvint jusqu'à la source des bruits qu'elle avait suivis. Assise dos à l'entrée du bureau, faisant face au docteur derrière son bureau; Anallya Vonkan se retourna pour voir son apprentie passer le seuil de la pièce.
-Ah apprentie...
La Sith marqua un temps d'arrêt en remarquant que sa disciple était quasiment nue. Elle la dévisagea, la scrutant de haut en bas et finalement c'est la jeune Mirialane qui lui hotta les mots de la bouche, dans un revers de la main nonchalant, attestant de sa lassitude.
-Ne faites pas attention à cet accoutrement, je n'en ai que faire...
Pour simple réponse la Sith hocha la tête avec un léger sourire noir.
-Bien, assied toi nous avons des choses à t'expliquer.
Sans plus rien ajouter Meyris prit place dans le fauteuil jumeaux de celui occupé par Vonkan. Le Rodien derrière son bureau pointa du doigt un petit objet sur le bureau qu'il fit par la même occasion glisser vers la jeune apprentie Sith.
-Tiens apprentie, vois un peu la source de tes troubles. Reprit l’humaine.
Meyris saisit la pièce, en apparence une puce électronique assez étrange raccordée à de petites excroissances d'aspect organique.
-Une puce? Demanda la jeune femme.
Nero hocha la tête, le docteur vit une grimace particulière ce dessiner sur sa bouche, surement ce qui pour sa race, devait le plus s'apparenter à un sourire.
-A vrai dire il s'agit plus d'un implant bio-cybernétique que d'une simple puce.
La jeune femme porta son regard à destination de sa Maîtresse, comme en recherche d'explications plus parlantes.
-Ce que veux dire le docteur Nero, c'est que cette puce…Elle était dans ton crâne, logée entre les hémisphères de ton cerveaux et connecté par le biais de ces petites excroissance organiques a ton hypothalamus.
Meyris hocha la tête fronçant les yeux légèrement, elle pensait comprendre un peu mieux, mais le Rodien vint renchérir en explication plus clair cette fois ci.
-Ce que nous voulons dire c’est qu’il ne fait aucun doute que cet implant Bio-cybernétique a délibérément était introduit dans votre crâne, et au vue de la manière dont a évoluer votre boîte crânienne depuis, je dirais que çà doit faire environ quinze ou seize ans qu’il s’y trouve. La technologie utilisée concorderait a peu près avec cette époque, bien que l’aspect évolutif de l’implant de base soit assez peu commun pour la période.
Vonkon hocha la tête, regardant son apprentie et voyant qu’elle semblait comprendre elle fit signe au Rodien de continuer.
-Comme viens de le dire le Seigneur Vonkan, l’implant est un mélange de technologie Biochimique et Cybernétique, d’où le surnom : Implant Bio-Cybernetique. Et d’ailleurs c’est par le biais de ces « connections» organiques que l’implant était relié à votre hypothalamus, la partie de votre cerveau qui régit les songes notamment mais aussi et par-dessus tous, les envies et les émotions.

Meyris attendit que le Docteur Rodien ai fini de parler pour à son tour prendre la parole. Elle avait bien comprit mais il lui fallait une réponse clair et net a une question tout aussi clair.
-Si cet implant a était introduit dans mon cerveau il y a quinze ou seize ans, il ne fait aucun doutes que c’est mon ancien Maître, le Seigneur Zaylon qui en est responsable ; mais est-ce que cela signifie que depuis tout ce temps, il était capable de me manipuler ? D’influer sur mes envies, mes rêves ? Et de manière indirecte donc…Mes actions ?
La Sith et le Rodien échangèrent un regard intense, la jeune femme avait vu juste, mais c’est finalement le Docteur Nero qui conclut.
-C’est fort probable, pas physiquement certes, mais par le biais d’impulsion électromagnétique la personne qui possédé jusqu’alors le contrôle de cette chose pouvais par des stimulations faire passer des suggestions d’informations délibérément choisit pour influencer vos actions…C’est d’ailleurs sans nul doutes ce qui a conduit à la répétition de vos rêves, choses dont m’a parlé votre Maître.
La Mirialane se sentit une nouvelle fois rattrapée par son passer. Elle sera les poings instinctivement et le sang commença à bouillir dans son corps. Bientôt les choses proches d’elle se mirent à trembler sous sa colère, manifestations incontrôlable de la force qui s’agitait en elle, et menaçait d’exploser hors de son être.
Vonkan se réjouie de se spectacle, qu’elle n’avait plus vue depuis longtemps en aucun de ses apprentis. Puis finalement la Sith se leva posant une main rassurante sur l’épaule de la jeune femme. Les choses semblèrent se calmer un peu, mais déjà tout était retourné sur le bureau du docteur, des feuilles toutes éparpillés des décorations a terre un datapad brisé, un pot de stylet renversés. Puis dans l’ultime craquement d’un cadre décoratif au mur, les choses retrouvèrent leur cours habituelle.



-Je comprends ta colère apprentie, tâche d’en faire bon usage. Mais pour l’heure, contrôle la, apprivoise là. Le moment n’est pas encore venue de confronter ton ancien Maître…Mais, rassure-toi, son heure viendras...Bien assez tôt.
Meyris scruta releva la tête, scrutant le visage de sa maîtresse, cherchant un peu a comprendre, Vonkan reprit.
-J’ai besoin de tes talents ailleurs…
La frustration était palpable dans l’expression de la jeune femme mais elle ne dit pas un mot, attendant visiblement d’obtenir plus d’explications.
-Avec Darth Pradzia en déplacement sur dans le cœur de l’Empire Impérial, il faut à Garos un leader digne de ce nom, puissant et respecté de tous, un Sith, un vrai. Je vais devoir m’absenter à mon tour, cela ne prendras que deux jours, mais j’ai besoin que tu gère nos affaires ici, durant mon absence. J’ai besoin que tu sois ma voix et mes bras sur Garos et donc plus largement, que tu diriges pour moi en mon absence.
Le Seigneur Sith laissa flotter dans l’air les mots, puis elle reprit.
-Lorsque je rentrerai, je voudrais que tu te face le porte étendard de nos intérêts au sein de l’empire. Je reprendrais la place qui est la mienne, quant à toi tu partiras retrouver le Cœur Impériale, tu y serviras mes intérêts, et ceux de Darth Pradzia. Tes qualités d’oratrice et de Diplomate te précédant, je ne doute pas que tu mèneras à bien la tâche qui t’incombera… Entre en contact avec le surveillant Onath à l’académie de Korriban, il est une de mes bonnes connaissances et un fidèle allié, il saura te diriger vers les personnes influentes que tu pourrais ralliés à notre cause.

La jeune apprentie restait sans rien dire, face à l'annonce de sa maîtresse. Après avoir tant cherché à dévoiler au grand jour les agissements occultes de Dark Fa'alm et de son cercle de fanatiques, Vonkan semblait à présent faire volte-face. Tout ceci paraissait étrange à l'apprentie Sith. Son incompréhension se fit palpable, tant et si bien qu'après avoir laissé planer les mots un long moment, l'humaine reprit d'elle-même.
-J'imagine bien ton incompréhension apprentie, mais ne t'en fais pas tu comprendras bien assez tôt. Tâche pour l'heure de continuer de me servir aussi bien que tu l'as toujours fait.
Meyris regarda Vonkan, droit dans les yeux, comme souvent rien ne semblait clair dans le propos de la Sith, mais c’était un fait, jamais elle n’avait trahit la confiance de son apprentie, et tous ses agissement et ses recommandations à l’égard de cette dernière ne furent au final que bénéfique à toute les deux. Finalement la jeune femme se leva de sa chaise, puis s’inclina devant son Maître.
-Bien je ferais selon vos désirs excellence.
Puis sans rien attendre de plus elle tourna les talons et quitta le bureau du Scientifique, dehors un droïde protocolaire lui tendis ses vêtements, d’un coup d’épaule plus que voulu elle fit reculer la machine de quelques pas avant qu’il ne revienne en chancelant. Elle récupéra finalement ses affaires avant de quitter le couloir pour aller s’habiller.
Quelques jour plus tard, Vonkan était revenue de son voyage au cœur de l’Empire et un vaisseau de classe fureur quittait le tarmac de la forteresse de Zila, pour l’espace aérien de Garos IV. A son bord la jeune et belle Mirialane méditait, seule dans ses quartiers, tandis que dans le cockpit, 2V-T9, son droïde à tout faire paramétrait le bond en hyper-espace à destination de Korriban.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meyris

avatar

Messages : 162
Date d'inscription : 22/11/2015
Age : 26
Localisation : Vjun

MessageSujet: Re: Meyris, un être angélique porteur de ténèbres   Dim 9 Avr - 9:35

-A compter de ce jour vous répondrez au nom de Seigneur...Vicia...
Meyris tapotait de ses doigts, aux ongles longs et acérés sur son bureau. Elle réfléchissait à sa condition nouvelle de Seigneur Sith. Les choses avaient très vite changées et elle s'en satisfaisait grandement. L'ancienne apprentie originaire d'une race pourtant jadis si méprisable pour les Sith avait sus se faire une place au sein de cet ordre si sectaire et fermé aux alien.


En effet depuis peu ses agissements au sein du Cercle Sith de Garos IV avaient été remarqués et lui avaient permis d'attirer l'attention de l'élite politique de la Planète. Lorsque son Maître le Seigneur Vonkan avait dû gérer l'administration du Système durant l'absence de Darth Pradzia elle avait était là pour la seconder. Quand il avait fallu faire valoir les intérêts de Garos au cœur de l'empire, l'ancienne apprentie avait également sus mettre à profit ses qualités de diplomate. Lors de son retour de Korriban beaucoup s'accordèrent à dire qu'elle avait permis de trouver des alliés de choix pour Garos IV. Enfin, quand tous l'empire avait été la cibles des ultimes assauts Zakeliens, elle avait encore été là, son pragmatisme et sa compassion envers les citoyens Garossien l'avait conduite à leur venir en aide alors qu'Ariana, la capitale tombait sous les bombardements. Ayant sauvé de nombreux innocents elle avait acquis le cœur d'une partie du peuple. Comme l'avait laissé entendre son Maître, le Seigneur Vonkan, à la suite de ces événements qui avait été plus que favorable a son élévation, et compte tenu de sa popularité au plus haut, sans compter que ses capacités à diriger et ses qualités de diplomate n’étaient plus à prouver; Meyris avait été convié par la Sith dans ses quartiers, non loin de la forteresse de Zila.
Le jeune Seigneur se rappelait très bien de ce jour si particulier. Celui de son avènement, de sa consécration…
Ce jour ci, à l'heure ou le soleil était au plus haut dans le ciel de Garos IV, l'apprenti avait rejoint son Maître à son bureau. Elle se rappelait que tout lui avait semblé étonnamment calme et ordonné dans le Domaine de Vonkan, ce jour ci. Lorsqu'elle avait rejoint la Sith a son bureau, là encore tout était d'une platitude et d'un calme reposant. Puis là assise derrière son bureau, Vonkan lui avait indiquée de faire de même dans une invitation des plus cordiales. La jeune femme c'était donc exécutée, et le Maître avait pu lui exposer ses projets pour elle. L'entrevue avait durée près d'une heure. Durant celle-ci les deux femmes avaient discutées des récents événements, de l'avenir de Garos IV, de celui de Darth Pradzia et de ses fidèles. Finalement Vonkan s'était levée, avait fait le tour de son bureau, puis elle avait fait signe a son apprentie de s'agenouiller. La jeune femme s'était exécutée, et la Sith avait conclue par ces quelques mots qui depuis étaient restés gravés dans l'esprit de la jeune Mirialan.
-Depuis ton arrivée sur Garos, tu as été une bonne apprentie, tu as servi mes intérêts et ceux de Darth Pradzia avec application. Tes qualités d'ambassadrice se sont avérées des plus utiles et efficaces, de même que ton aptitude à me suppléer dans les tâches administratives qui était les miennes. Je t'avoue être très satisfaite de tes agissements. Tu as amplement mérité la reconnaissance qui se présente à toi aujourd’hui. A présent apprentie levez-vous tel le nouveau Sith que vous êtes...
Et en cet instant ou Meyris s'était appliquée à obéir pour la dernière fois en tant qu'apprentie, Vonkan avait poursuivi avec ces mots qui a jamais resteraient gravés dans l'esprit de la jeune femme.
-A compter de ce jour vous répondrez au nom de Seigneur...Vicia...
Les mots résonnaient encore dans ca tête alors que le trouble d'une présence approchant, la sortit de son moment de réflexion.

Avant qu'il ne s'annonce et qu'elle ne l'autorise à entrer dans le bureau, elle savait déjà qu'il s'agissait du Lieutenant Hering.
- Entrez...
L'homme sans plus d'insistance entra dans la pièce et salua son supérieur. De son côté elle releva la tête pour faire de même et adopta son aire intrigué.
-Je vous écoute Hering...
-Excellence, un homme vient de nous transmettre ce Datapad a votre intention, il se disait appartenir à un Syndicat d'espion, que vous auriez engagé pour un travail...Dois-je vous transmettre l'objet?
La jeune Seigneur Sith inspecta rapidement l'objet tendu par le soldat Hering, avant d'elle-même tendre la main.
-Donnez Hering, je sais de quoi il s'agit…
Sans plus réfléchir le soldat s'exécuta. Meyris saisit le Datapad et fit signe a Hering de la tête pour le remercier, puis d'un geste las de la main lui indiqua de la laisser. Ce qu'il fit, laissant derrière lui le sas du bureau se refermer. A présent seule, la Mirialane s'empressa de déverrouiller l'objet jusqu'alors bloqué par un mot de passe, qu'elle s'avéra connaitre. Le clic précéda le déroulement de toute une série d'informations en tout genre. Elle les analysa durant de longue minutes, semblant en étudier l’intégralité du contenue. Puis finalement elle le ferma avant de le poser sur le bureau, tout en appuyant de son index droit sur un bouton, cacher dans un côté du meuble en acier. Il s'agissait d'un Intercom. La réponse ne se fit pas attendre.
-Oui excellence?
-Hering faites préparer ma Navette, je pars pour Korriban !
-Oui Excellence !
La liaison audio se termina et sans plus attendre Meyris s’empressa de se lever, elle saisit quelques effets personnels sur son bureau, son sabre laser et son Holocom personnel sur l’armoire derrière elle, puis elle contourna le bureau avant de quitter la pièce. Lorsqu’elle arriva dehors la Navette qu’elle avait commandée l’attendait déjà. Elle se rua d’un pas décidé et fière sur la rampe d’embarquement et entra. Pas plus d’une minute plus tard la navette prit son envole pour le cœur de l’Empire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meyris

avatar

Messages : 162
Date d'inscription : 22/11/2015
Age : 26
Localisation : Vjun

MessageSujet: Re: Meyris, un être angélique porteur de ténèbres   Lun 8 Mai - 21:23

Du haut de la terrasse de son bureau, Meyris contemplait ce qui se passait en contrebas. Là, juste sous la balustrade en pierre, la jeune Megan Ori frappait obstinément un mannequin d'entraînement. La native de Mirial, était pensive concernant la jeune humaine.
Elle l'avait prise sous son aile lors de son dernier voyage sur Korriban, voyage qui soit dit en passant n'avait pas initialement était prévu à cet effet. Mais au final Megan Ori avait pu se rendre utile, permettant à sa nouvelle Maîtresse de se défaire d'un ennemie en devenir.
Plus tôt dans la journée une entrevue avec le Seigneur Vonkan avait laissé la Mirial dans un état de doute. Son ancienne Maîtresse avait eu vent de l'ascension de la jeune Megan en tant qu'apprentie de Meyris, fraîchement nommé Seigneur Vicia. La jeune humaine avait notamment sus faire parler d'elle lors de tout récents événements, tel que la reconquête de la cité de Northlan, ayant elle-même portée le coup de grâce au Seigneur renégat: Hitline.
Ceci avait contribué au récent regain d'intérêt porté à la jeune apprentie de Meyris,  par Vonkan. C'est ainsi que l'humaine avait demandé à rencontrer Megan Ori, seule a seule, dans un échange des plus froid Meyris avait cependant acceptée. Cela la dit, il n'en restait pas moins certain que cette entrevue à venir lui causait un certain souci.



En effet si le dernier échange entre Vicia et Vonkan eu était des plus froid cela eu sans doute tenu au fait que la Mirialan avait eu l'impression que le contrôle de sa nouvelle apprentie pouvait lui échapper si celle-ci venait à croiser Vonkan. En aucun cas elle ne pouvait se permettre cela. Si rencontre entre Megan et Vonkon il devait y avoir, il aller lui falloir briefer l'apprentie avant cette entrevue.
Meyris ne pouvait entre autres chose, en aucun cas se permettre que les événements qui avaient vus Megan précipité apprentie ne soit révélés au grand jour. Nul ne savait la vérité quant au récent voyage de Meyris sur Korriban et encore moins, l'assassinat qu'elle avait perpétré sur le monde natale des Sith à l'encontre du nouvel Apprentie du Seigneur Zaylon; son ancien Maître. A vrai dire Megan Ori ne savait pas non plus tout du meurtre qu'elle avait commis, mais si Vonkan l'apprenait elle serait sans nul doute mise sur une piste sérieuse. Meyris ne pouvait se le permettre...Pas plus d'ailleurs que de laisser connaitre le recours récent qu'elle avait eu, a un clan d'espion pour faire suivre son ancien maître, et rester en permanence informé sur lui et ses fidèles.
La sonnerie de l'entrée de son bureau vint à retentir, en deux notes aiguës, qui sortirent la Mirialan de sa réflexion.
-Entrez Sergent je vous prie.
Avant qu'il ne lui soit visible elle avait sus qu'il s'agissait du Sergent Hering. C'était un soldat qu'elle appréciait pour ses qualité de militaire et sans nul doute aussi pour sa loyauté à son égard. Jamais il ne l'avait déçu et tant que cela continuerait ainsi, elle comptait bien le garder comme son Garde du corps personnelle. C'est notamment aussi parce qu'elle le côtoyait depuis déjà un certain temps qu'elle savait sans mal distinguer son empreinte au travers de la force... Aussi faible fut-elle.
-Que nous apportez-vous donc comme nouvelle Sergent?
Le soldat tenait avec lui un objet caché sous un linge en soie, posé semblait il sur un piédestal en acier, lui aussi partiellement recouverts.
-Excellence ce que vous attendiez est arrivé.
Meyris scruta d’un rapide coup d’œil ce que le militaire tenait entre les mains puis elle revient à lui.
-Ah, voilà une excellente nouvelle. Je vous remercierai de poser l’objet sur son nouveau réceptacle Sergent Hering.
D’un geste de la main, elle balaya la pièce puis pointa son index à l’ongle pointu vers un piédestal au fond du bureau, d’une hauteur d’environ un mètre, qui lui se voyait parfaitement vide.
Hering répondit simplement par un hochement de tête, puis il se retourna et parti dans le fond de la pièce exécuter l’ordre qui venait de lui être donner. Lorsque il se retourna, sa maîtresse le Seigneur Vicia avait déjà changé de place, puis alors qu’elle s’assaillait derrière son bureau et voyant qu’il était à présent dans l’attente de nouvelles directives, elle fit à nouveau un signe un pointant cette fois l’objet du doigt.
-Le drap, je vous prie…
Le sergent eu un léger rictus d’incompréhension avant de se retourner pour enlever le morceau de tissu qui recouvrait encore l’objet, laissant ainsi se dévoilé une sphère transparente, a l’aspect semblable à une boule de cristal. Puis à nouveau le sergent se mit en attente de nouveaux ordres.
-Je vous remercie Sergent, vous pouvez disposer…
Alors que Hering salua sa maîtresse, et commença à se diriger vers la sortit, celle-ci l’interpella avant qu’il ne passe la porte.
- Oh une dernière chose sergent ! Soyez gentil, veillez à vous assurer que mes quartiers a bord du Vindicateur soient apprêtés avant ma montée à bord, et faites appeler mon apprentie, qu’elle me rejoigne dans mon bureau au plus vite.
Le sergent prit soin de se retourner pour faire face au Seigneur Vicia quand elle lui adressait la parole. Puis il hocha la tête avant d’ajouter un :
-Oui excellence.
Des plus solennels. Puis à nouveau et pour la dernière fois de la journée il tourna les talons et passa le sas du bureau du Seigneur Vicia.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meyris

avatar

Messages : 162
Date d'inscription : 22/11/2015
Age : 26
Localisation : Vjun

MessageSujet: Re: Meyris, un être angélique porteur de ténèbres   Jeu 25 Mai - 18:57

Meyris contemplait l'Holocron posé sur son bureau. Son apprentie Megan lui avait permit de mettre la main sur le Tombeau de Sen'Sjaatri et ensembles, elles avaient arpenté le dédale tortueux qu'était ce dernier. Ensembles elle avaient vaincu le Dashade gardien des lieux, fait plier l'esprit torturé du Sith et Meyris en sa qualité de Seigneur Sith avait pus s'approprier la relique de l'éternité qu'elle avait jadis supposé être sur Garos IV. A présent en regardant celle-ci, elle avait l'impression une fois de plus de n'avoir était que l'instrument de la volonté de son ancien Maître le Seigneur Vonkan.
La sith n'était pas encore au courant de cette nouvelle, a cet instant Meyris restait donc seule détentrice de la relique. C'était a y repenser dans l'objectif de récupérer cet artefact, que le Siegneur Zaylon l'avait jadis envoyé sur GarosIV. Si elle était certaine d'une  chose c'est que jamais elle ne se retournerai a nouveau vers lui. Si Vonkan avait réussit le pari risqué de détourné Meyris de son premier Maître, il n'en restait pas moins certain qu'elle avait montré la vérité a la Mirialan quant au veritable desseins de Zaylon, et quoi qu'il en puisse paraître Meyris lui en était reconnaissante pour celà. Elle réfléchissait encore, mais dans tout les cas elle ne pourrait pas garder le secret très longtemps concernant la Relique de l'Eternité, tôt ou tard elle devrait l'avouer a Vonkan. Pour l'heure elle garderai le secret.


En depits de celà, une toute autre affaire ce jouer sur la scène publique de Garos IV. En effet depuis peu la conquête de Vjun c'était conclue par la victoire Impérial des forces de Darth Pradzia. Le retour sur Vjun des forces impérial avait été un travail de longue haleine, et la victoire ne fut acquise qu'au prix de nombreuses vies. Finalement la planète avait était laissée dans un état déplorable, notamment dans les grandes métropoles tels que Malreaux ou Bast dont une grandes parties des bâtiments étaient en ruine ou tout du moins dans un état des plus précaires.

A la suite de la reconquête, il restait a Darth Pradzia a assoir son autorité sur Vjun dans de tels circonstances et dans un contexte politique à l'équilibre ci fragile. Elle le savait il ne serait ni serieux ni raisonnable de quitter Garos IV pour retourner sur Vjun, les citoyens Garossien auraient pu en cela voir une certaine forme de défection, ce n'était pas envisageable. Ainsi de manière a conservé la main mise sur les deux planètes sans pour autant laisser l'une d'elle a l'abandon en en desertant la régence, l'hypothèse d'un Gouvernorat sur Vjun avait était etudié par la Seigneur Noir et ses plus proches conseillés. Cette hypothèse fut assez vite confirmée par le denit total des autorités a démantire la chose par un quelquonque communiqué ou autres allocution publique. Tout Vjun et tout Garos IV étaient en effervescence, comme suspendu a la decision de Darth Pradzia, attendant l'annonce officielle du nom du nouveau gouverneur de Vjun.
Meyris, seule dans son bureau; les yeux toujours rivés sur sa nouvelle relique semblait soucieuse, même perplexe. En effet depuis quelques jours des bruits de couloir se faisaient entendre dans les méandres de la Forteresse de Zila. Son nom avait a plusieurs reprises été cité comme celui du potentiel nouveau gouverneur de Vjun. D'autres nom sortaient également mais force était de constater, bien moins souvent que le sien. C'était comme ci l'étau se resserrait peu à peu. Elle savait pertinemment que ses bonnes relations avec le Grand Inquisiteur Djinn Dragon et Anallya Vonkan sa maîtresse auraient pus jouer en sa faveur pour pouvoir pretendre a un tel poste; cela dit elle avait pensé que ni l'un ni l'autre n'aurait pus tirer un quelquonque profit a proposer ça candidature a elle, plutôt que la leurs. Mieux encore, la Mirialan avait plutôt pensée que l'un comme l'autre allaient au contraire se tirer dans les pattes pour obtenir le contrôle de la planète. Les perspectives d'une prochaine nomination a la tête de Vjun avaient de quoi en faire rougir plus d'un. Meyris avait prix les devant organisant déjà les conditions de cette éventuelle prochaine nomination. Elle avait envoyée son apprentie Megan Ori "enquêter" pour elle. La Sith avait beau être intelligente, ordonnée et rigoureuse, il n'en restait pas moins certains que jamais elle ne pourrait diriger seule une planète dont elle ne connaissait quasiement rien, et elle le savait pertinemment. Dans son coin, elle se documentait de manière très precise sur la planète qu'elle aurait peu être bientôt a diriger, son peuple, ses infrastructures, son climat.
Elle avait même constituée une liste de noms, quelques Seigneurs Sith et Militaire Gradés d'influence certaine au sein du cercle d'influence de Darth Pradzia. Les tractations allez bon train, la jeune femme envisageant de constituer un pseudo gouvernement de Vjun autour d'elle. Dans ce même optique elle avait envoyé le Sergent Hering, son homme de main personnel pour retrouvé une de ses amis de la première heure, alors qu'elle etait arrivé sur Garos IV, la chasseusse de prime Zeltronne: Zyllia Raven. S'il était bien certain que des personnes influente au sein du Cercle de Pradzia pourraient l'aider dans l'administration de Vjun, c'était d'autant plus vrai concernant des soutiens personnel, ce qui faisait de la l'Apprentie, de la Zeltronne et du Soldat dévoué des pièces maîtresse sur l'échiquier.

Meyris fut soudain sortie de ses pensées, quelqu'un approchait de son bureau. Avec un pas si décidé,  rugueux et raisonnant, celà ne pouvait être que...
La jeune femme venait de pénétrer dans l'office de sa Maîtresse quand celle-ci eleva la tête, quittant enfin des yeux l'Holocron Sith posé sur le bureau.
-Megan....
Le visage de la jeune apprentie trahissait sans le moindre mal la fougue de la jeunesse et l'envie démesure et irrépressible de lannonce qui allait suivre.
-Maîtresse, Darth Pradzia vous a fait demander. Elle exige que vous vous presentiez sous peu a ses quartiers et demande que je vous accompagne.
Meyris garda son calme, le stoïcisme dont elle faisait preuve en était presque affligeant. Sans mot elle se leva ee derrière son bureau, coutournant celui-ci elle vint se placer face à son apprentie, puis elle posa sa main droite sur l'épaule de la jeune Humaine.
-Apprentie je pense qu'est enfin venue l'heure, ne faisons pas attendre Darth Pradzia plus longtemps...Vjun nous attend.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meyris

avatar

Messages : 162
Date d'inscription : 22/11/2015
Age : 26
Localisation : Vjun

MessageSujet: Re: Meyris, un être angélique porteur de ténèbres   Mar 8 Aoû - 19:31

Dans le ciel de Vjun la Frégate Imperial Rivale venait de refaire surface. Cela faisait cinq jours que le peuple de la planète n'avait pas revue le troisième des Vaisseaux Impériaux, qui avec la frégate Abysse et, la Flèche Kassienne X, formaient depuis peu la force de défense de Vjun.
Stationnée aux côtés de sa sœur jumelle, la Frégate rentrait d'un voyage vers Garos IV. A ce qui s'en laissait entendre, les deux vaisseaux s'étaient relayés depuis la nomination de Lord Vicia à la Gouvernance de la Planète, pour acheminer les Civils et militaires triés sur le volet pour participer à la restauration de Vjun.
Les habitants de Bast regardés le bal incessant des navettes qui commençaient à affluer vers la Frégate, juste au-dessus de leurs têtes. Pour la majorité des citoyens de Vjun la nomination du Seigneur Vicia à la tête de leur monde marquait un tournant majeur. Depuis cinq ans ils avaient vaincue tantôt sous le joug de l'Empire Eternel d'Arcann, tantôt sous celui des Pirates et autres Mercenaires de Kroon qui en eurent prit le relais. Aussi bizarre que ceci eu pu paraître, la majorité des citoyens ne voyaient pas d'un mauvais œil l'Empire Sith. Mieux encore, la reconquête de la planète par les forces de Darth Pradzia avait très largement été perçue comme une action salvatrice, visant à rendre aux citoyens leurs libertés et par-dessus tous, leur sécurité.


Au-dessus de la ville encore meurtris de Bast, depuis la baie d’une salle de briefing, le nouveau Gouverneur admirait la vue sans un bruit. Meyris le savait régir une planète n’était pas une mince affaire, surtout quand il s’agirait de la sortir d’une crise économique majeur et la replacer vers le chemin de la croissance. Le fait était que la guerre qui avait visait à reprendre la planète des mains des Mercenaires de Kroon, avait laissé une profonde blessure qui meurtrirait encore sans nul doute longtemps le paysage de Vjun. A ses pieds, Bast portée encore les stigmates des combats qui s‘y déroulèrent un mois auparavant. Des bâtiments entiers effondrés, des cratères d’obus béant, des façades explosé, des arbres calcinés…La désolation était des plus totales. Et elle ne touchait pas seulement une partie de la capitale, pire encore toutes les zones peuplées avaient subi le durs prix de la guerre, Bast mais aussi Malreaux, même à Mus et Vanaad on pouvait voir des traces des combats récents. Le jeune gouverneur revint à ses esprits. Elle se retourna pour, de nouveau faire face à ses interlocuteurs qui discutaient encore.
- Si vous garantissez le Monopole Bancaire, a la Banque Centrale Garossienne, alors effectivement nous pourrons parler d’accord.
Venait de lâcher Mezra Finis, le magnat de la finance Garossienne et second plus gros actionnaires de la B.C.G.
-Ce sera le cas monsieur Finis, si bien sûr, vous vous engager à respecter les vôtres.
-Comme convenue, une enveloppe de 2 milliards de crédits, sous deux semaines pour relancer l’économie de la planète et financer la restauration des biodômes endommagés.
-Bien alors, comme convenue, le monopole bancaire ira donc pour les cinq prochaines années, à la Banque Imperial de Vjun, succursale de la B.C.G.

Le Magnant de la finances savait que le contrat serais prochainement rédigé et qu’alors il aurait tout loisir avec ses pairs de sceller celui-ci, pour l’heure en seul réponse il hocha la tête.

Autour de la table se trouvait également Alvin Krenning, le co-directeur des industries militaires Terab Starship Manufacturing et le Seigneur Åzora fraichement nommée conseillère économique de Vjun par le Gouverneur Vicia. Cette dernière vint a s’en retourner vers son homologue et l’industriel, tout en se rasseyant à sa place.
- Bien et à présent, concernant nos arrangement à nous monsieur Krenning, vous conviennent ils ?
L’humain a l’air hautain, releva le menton, puis laissa planer un silence de plomb pendant plusieurs secondes, avant de répondre.
- Nous sommes d’accord, la création de douze-milles postes et la restauration des infrastructures défensives endommagés pendant la guerre en l’échange de faciliter d’implantation et de la taxation réduite a 1% pour les produit d’exportation.
Meyris affichait un large sourire, l’air satisfaite. Elle se leva, fit signe a ses hôte de faire de même, en leur indiquant de la suivre en dehors du bureau.
- Ravie de voir que nous puissions trouver des arrangements, qui satisferons tout le monde
L’ensemble de l’assemblée quitta la pièce pour partir à d’autres occupations de toutes autres sortes, dans le vaisseau ou ailleurs.

Plus tard dans la journée alors que le soleil était rasant à l’horizon, le Seigneur et Gouverneur Vicia avait regagné son complexe gouvernementale au sol, dans la Mesa d’Orz’Anath, en proche banlieue de la Capitale. Dans une salle de réunion du complexe se tenait une entrevue à huit-clos à laquelle n’avait été convié que les soutient assurés et fidèle du nouveau Gouverneur, ceux qui a son sens formés son cercle rapproché. Autour de la grande table ronde se trouvés Le Seigneur Åzora, Le fraîchement promus Major Hering, le Colonel Tavod, un militaire Chiss haut-gradé qui avait combattu pour reprendre Bast et le Commandant Lemine, une Mirialan que Meyris avait nommé à la tête des forces de sécurité de la Capitale : Bast. Plus en retrait cachée derrière son Maître, l’apprentie Megan Ori ne faisait aucun bruit.
Le Seigneur Åzora, en tant que conseillère économique avait pris la parole et continué encore.


- En dépit de tous nos efforts pour attirer des investisseurs fiable, pour participer à la restructuration de Vjun, le constat est clair, trop peu d’investissement, trop peu de recettes à court terme. La trésorerie Gouvernemental s’amenuise et les retombées économique du plan conclue avec Terab, la B.C.G. et Verzhal Transport mettront trop de temps à arriver…
Le Gouverneur l’interrompit avant qu’elle n’ait pu terminer sa tirade. Vicia malgré son âge relativement jeune pour le poste qu’elle occupée était consciente de ce qu’impliquait cette nouvelle fonction. Elle en mesurer le poids et les responsabilités. D’un air stoïque mais cependant alarmé elle prit la parole.
-Nous savons tous ici que Kaas City ne s’est pas faite en un jour, le principe est applicable a toutes les autres cités et planète. Je vous remercie a tous de contribuer a l’effort impériale dans la reconstruction de Vjun. Nous le savions avant même de nous lancer dans cette entreprise…Le chemin seras peut-être long et sinueux, mais il en va de l’équilibre du secteur et plus largement de la prospérité du Cercle et de l’Empire. Je sais pertinemment que pour l’instant les efforts ne paie pas, il faudra comme vous l’avez souligné, du temps pour que les retombés économique se fasse sentir, mais nos démarches vont dans le bon sens…A présent si vous le voulez bien ce dont j’ai besoin c’est de chiffres, de comptes, quelque chose de concret.

Tous a l’intérieur du bureau se regardèrent, si quelque chose était bien vrai au sujet du Seigneur Vicia, c’est qu’elle avait un aplomb certain et des qualités oratoires sens pareil. Les deux militaires sortirent de leurs dossiers respectifs des filmsiplast qu’ils tendirent au Gouverneur. Enfin, le Colonel Tavod prit la parole pour énoncer un rapport synthétique de ce qu’avait à présent Vicia sous les yeux.
-Les frais d’entretien des trois vaisseaux qui forme notre Flottille de défense sont onéreux, au cumul on atteint un million deux-cents milles crédit par mois, bien sûr c’est là sens compter la solde du personnelle naviguant, qui s’élève a  trois millions de crédit mensuelles, restent encore l’entretien des forces de sécurité au sols à savoir onze-milles hommes pour un cumul de solde de treize millions sept-cents cinquante milles crédits par mois, on en arrive donc en totalité pour l’armée de Vjun à des frais d’entretiens de dix-sept millions sept-cents cinquante milles crédits par mois.

Vicia était perplexe les premières estimations qu’elle avait reçus de ses analyste était bien mois rudes que cela.
-L’enveloppe qui sera débloquer sous deux semaines par la B.C.G ne nous permettrais elle pas de recouvrir les frais d’entretien de nos troupes armées ?
A nouveau le groupe se regardait et le Seigneur Åzora, en charge du dossier répondit aux interrogations du Gouverneur.
-A vrai dire cette enveloppe de deux milliards de crédit que nous accorde la B.C.G. est de bons augures, mais elle est là essentiellement pour nous permettre de restaurer nos infrastructures planétaires, et en premier lieux les biodôme qui protègent nos cités des pluies acides. Et ceci n’est pas une affaire à faible coût. Pour les seuls villes de Bast et Malreaux la restauration des biodôme est estimé à neufs-cents millions de crédits, restent encore Vanaad et Mus, même si je vous l’accorde les dégâts sont moins important pour ces deux villes. Mais attention c’est là sans compter rien d’autre que la restauration des biodômes, on pourrait y ajouter encore les diverses reconstructions, l’entretien des technologies et des défenses planétaires et encore bien d’autre chose…

Positionnant sa main en avant d’elle-même, Vicia vint de nouveau signifier au Seigneur Åzora de s’ârreter.
-Bien alors soyez précis voulez-vous…A quoi doit-on s’attendre en terme de déficit ?
La femme Sith regardait ses homologues puis revint au Gouverneur, visiblement c’était elle qui avait la connaissance des chiffres.
-Pour que le budget gouvernemental ne tombe pas en dessous de zéro avant la fin de l’année, il nous faudrait au minimum soixante millions de crédits.

Meyris se tut, l’annonce d’un tel chiffre venait de jeter un froid glacial sur l’assemblé présent dans la pièce. Lemine et Tavod s’étaient enfoncé dans leur fauteuil tandis que le Gouverneur hochait la tête d’un air contrariée.
-C’est un somme colossale…
-En effet Gouverneur…

A cet instant, dehors un garde fit sonner à la porte de la salle de réunion. Meyris fit signe à Megan qui était toujours dans son dos, d’aller voir de quoi il s’agissait. Ce que l’apprentie fit sans même avoir à entendre le moindre mot de sa maîtresse. La Gouverneur reprit le fil de la discussion.
-Les Maisons nobles de Vjun pourraient-elles nous aider à combler ce déficit budgétaire ?
-Même si les Maison Nobles de Vjun disposerait au moins pour les deux plus importantes des fond nécessaires, je doute très fortement, excellence qu’elle soit enclin à nous céder de telles fortunes.


Meyris avait vraisemblablement une idée en tête mais elle n’en exposa pas plus ses intentions.
-Je comprends, mais peux être y serons elle malgré tous contraintes…

Megan Ori, l’apprentie du Gouverneur revint de là où elle était allé, pour se positionner à côté de son Maître.
-De quoi s’agit-il ? Lui dit la Sith en faisant signe d’approcher.
Nul autre que Meyris se sus ce que dit l’apprentie à son maître. Mais il n’en fallu pas plus pour que le Gouverneur pli ses dossier et ne mette un terme à cette réunion.

Dans le même temps, sur l’air atterrissage numéro 3 du complexe gouvernemental de Vjun un vaisseau marqué du logo de Riva Group venait d’atterrir. Les propulseur se turent et la passerelle de la navette amorça sa descente.


Dernière édition par Meyris le Sam 2 Sep - 20:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meyris

avatar

Messages : 162
Date d'inscription : 22/11/2015
Age : 26
Localisation : Vjun

MessageSujet: Re: Meyris, un être angélique porteur de ténèbres   Ven 1 Sep - 21:13

Au Ginx Bleu, le vacarme était assourdissant. Dans la petite Cantina de Vanaad, la salle était comble. Assise seule a une table, Zyllia sirotait son Nox en regardant les infos tant bien que mal, au grès des têtes qui passaient devant l'écran Holonet. Une serveuse qui terminait son tour des tables vint vers elle, voyant que son verre se vidait.
-J'te remet la même chose?
-Va y Era, remet moi la même, merci.

La serveuse Twi'lek embarqua au passage la canette que la Zeltronne venait de terminer et de poser sur la table.
-J'te ramène ça...
Puis elle quitta l'humanoïde à la peau rouge, pour retourner vers le comptoir.
Le bruit de la Cantina se tue un cours instant, du moins partiellement, quand la musique typique d'un flash info se fît entendre a l'holovid. Nombreux furent ceux qui tournèrent la tête, puis revinrent vite à leurs discussions une fois qu'ils eurent comprit, qu'il s'agissait encore et toujours de la même chose. Et franchement les affaires politiques n'avaient jamais vraiment passionnés les habitants de la cité reculée de Vanaad. Non ça s'était bon pour les mondains, les bourgeois, les citadins...
Pour autant Zyllia elle s'en intriguait. Elle regardait et tentait d'entendre dans ce vacarme environnant.
En effet depuis trois jours une affaire politique, d’une ampleur jusque-là sans pareil, sur Vjun, tenait les grandes villes en stupeur.
Reghyard Leron Malreaux, légitime leader de la Dynastie éponyme et compte de Malreaux avait était arrêté sur ordre du gouverneur de Vjun. D'après les dernières nouvelles qui circulaient aux Holonews, il avait été fait état de sa complicité avec les Pirates de Kroon, et de son implication dans le financement de leur organisation, à l'époque où ceux-ci tenaient les rênes de la planète.


Pendant ce temps, dans le palais gouvernemental de la mesa d’Orz’Anath, en proche banlieue de Bast, une séance a huit-clos se tenait entre le Gouverneur de Vjun et la plus fidèles défenseuse du traitre Malreaux…Sa sœur, Eliana Malreaux.
-Votre excellence, mon frère n’as pas pu faire ce qui lui est reproché…Il y a forcément une explication…Ce ne peut, être vrai…
La Sith fronça les sourcils, comme piquer à vif par les insinuations de la belle aristocrate.
-Et pourtant tous semble prouver le contraire, tous Vjun a vu les images, mes services de renseignement ont authentifié celle-ci…Rien n’est plus vrai…Vous-même les avez vus…Votre frère n’est finalement peut-être pas si bon que tout le monde semblait le croire.
Meyris se délectait que son coup de maître ai pris une telle ampleur. A présent Malreaux se retournerait sans doute peu à peu contre la maison Noble qui l’avait même crée. La Mirialan, n’avait à vrai dire pas voulu en arriver à de tels extrémités, mais si c’était une nécessiter pour renflouer les caisses de son gouvernement alors il faudrait en passer par là. Face à elle la ravissante jeune femme, de douze la cadette du Compte Malreaux, en était presque en sanglots, réfléchissant aux désastreuse conséquences de la prétendue traitrise de son ainé. Les yeux emplis de peine et de supplication et tentait encore et toujours de convaincre l’habile Gouverneur. Celle-ci, assise confortablement  dans son fauteuil regardait avec attention la splendide humaine aux cheveux d’or et au visage angélique. Elle aurait presque pu croire en ses dires si elles ne les avaient déjà sus réel, mais rien de devait en transparaître.

-Je vous en conjure excellence, Reghyard est un homme bon, il a toujours œuvré dans l’intérêt du peuple de Vjun, avant même que vous ne repreniez la planète, il en est issus, il en connait le peuple, il a bâti Malrani Decomissioning seul et l’a conduite à être le plus gros pourvoyeur d’emploi sur la planète. C’est un homme bon et honnête, jamais il n’aurait pu faire une telle chose. Vos hommes se sont forcément trompés, ou alors cherche-t-on à nuire à Reghyard…
Comme d’un sursaut le Gouverneur sortit de son fauteuil, venant plaquer un poing fermé sur la table, et pointant sa main droite ouverte vers l’humaine, comme pour l’attraper à la gorge. Bientôt les yeux de la Mirialan s’injectèrent de sang et dans une étreinte invisible, le souffle de celle qui lui faisait face devint difficile. Un nœud lui serra la gorge et tandis que les lumières toutes entières du palais commencèrent à vaciller, les pieds lui en décollèrent du sol.
-Insinueriez-vous Dame de Malreaux que moi, le Seigneur de ce Monde je serais pour quelque chose dans cette affaire ? Voudriez-vous peut-être faire entendre que je serais l’instigatrice d’une duperie à l’encontre de votre frère aîné ?
La jeune humaine ne touchait toujours pas le sol, en décollant même un peu plus. Son souffle était court, à tel point que tout ce qui voulait sortir de sa bouche n’en n’était qu’a peine audible, aussitôt éteint par la pression sur sa glotte.
-Je…No..Non…Exce…llence…Je…
-Dois-je Madame, vous rappeler que contre les avis de mes plus fidèles partisans et ceux de vos plus fidèles détracteur j’ai choisi d’épargner votre frère ? Le sauvant quoi qu’on en dise d’une mort à laquelle sans moi il n’aurait échappé ?

Les lèvres de la belle aristocrate devinrent peu à peu violette, tandis que son teint lui, devenait pâle, presque blafard. Finalement voyant cela, la Sith relâcha peu à peu la pression invisible qu’elle exercé jusque alors sur le cou de l’humaine. Cette dernière revint à se poser au fond du fauteuil duquel elle avait décollé, et lorsque l’étreinte eu enfin disparus elle porta ses deux main à sa gorge, remplissant a grandes bouffé ses poumons d’un air qui plus que jamais lui avait parue des plus cher. Face à elle, la Sith affichait un visage fermé, sévère et dur.
-A votre place Lady de Malreaux, je me satisferais du sort réservé à mon frère…Au final, n’est-on pas d’accord sur le fait qu’une prison de Carbonite, vaut mieux qu’une décapitation en place publique ? Je vous conseillerez donc vivement de vous satisfaire du magnanime dont votre Gouverneur fait preuve.
Le souffle encore court la jeune humaine hocha la tête.
-Je …Oui en effet…Madame…Toutes mes excuses…
Le Gouverneur afficha dès lors un sourire volontairement forcé, d’un air satisfait.
-Dites-vous bien que toute cette affaire a du bon pour vous, conformément à notre accord il ne sera pas fait état de la potentielle culpabilité d’autres membres de la Maison Malreaux, sans quoi le lynchage médiatique aurait sans nul doute entraîner la chute précipité de toute votre lignée, vous en conviendrez. En plus de cela dites-vous bien  une chose Lady Eliana, sans votre frère vous devenez la digne héritière du titre qui possédé…Lady Eliana Malreaux, Comtesse de Malreaux…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Meyris, un être angélique porteur de ténèbres   

Revenir en haut Aller en bas
 
Meyris, un être angélique porteur de ténèbres
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Personnages officiels
» Jeu : La plus belle fille de Gyakuten Saiban ( 1 à 2 )
» presentation de angelique le pas doué
» Un bon fusarbalète ?
» Jour 2 : Un chirurgien soudoyé, çà fait mauvais ménage...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Cercle de Pradzia :: Dossiers du Cercle :: Les membres du Cercle :: Données Impériales-
Sauter vers: