Jeu Vidéo; Star Wars; Star Wars The Old Republic; forum communautaire; Rôle Play; MMORPG.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chevalier Drelganow

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Byggvir

avatar

Messages : 411
Date d'inscription : 09/11/2013
Localisation : surtout Lyon mais parfois Paris

MessageSujet: Chevalier Drelganow   Dim 26 Jan - 22:52

Né en l'an 27 BTC, l'affinité à la force de Drelganow fut découverte par le maître Feyn qui l'amena lui même devant le conseil afin de le prendre comme padawan, l'enfant avait alors 8 ans. Le maître Feyn avait été capturé lors d'une mission sur une planète de la Bordure extérieure et le jeune homme l'aida dans sa fuite.
Très vite Drelganow se montra d'une curiosité dévorante, dévorant les enseignements de son maître ainsi que les diverses leçons auxquelles il pouvait assisté lorsque son maître et lui séjournaient au Temple. Même si sa nature de chiss lui attire souvent la méfiance de certain jedi, sa bonne humeur et son caractère volontaire lui accorde la sympathie de la plupart.

D'une profonde empathie, le padawan décida de se spécialiser dans l'étude du soin par la Force. Son maître, excellent bretteur, emmenait souvent son padawan sur le front, où il se chargeait des soldats blessés. Lui attirant la sympathie de nombreux soldats, qui sans ses soins auraient perdu la vie.

Puis promu au rang de chevalier, Drelganow suivit un moment son maître avant que celui ne soit tué. Il se lança alors dans diverses missions humanitaires, se rendant partout où il pouvait être utile. Il passa les dernières années sur Taris, où il se rendit utile notamment lors de l'explosion d'une ancienne usine de traitement des déchets chimiques qui avait propulsé un nuage toxique au-dessus d'un avant poste républicain.

Depuis peu au courant d'un projet d'établissement d'une enclave jedi sur Aldraig IV, Drelganow y vit une nouvelle occasion d'apporter son aide à une population dans le besoin sortant à peine d'une dictature sanglante.

Drelganow est d'une nature pacifiste, calme, il ne sort son sabre que pour protéger une autre vie, préférant de loin la négociation et possédant un profond dégoût de la violence.

(Alors voilà en gros ce que vous pouvez savoir de Drel en cherchant un peu. Je rajoute une archive jedi à laquelle seuls les maîtres du Conseil de l'Enclave peuvent avoir accès irp.)

***Audience du jeune Drelganow devant le Conseil***

Un jeune Chiss, âgé de 8 ans, se tient debout au côté du maître jedi Feyn. Face à lui se tiennent plusieurs maîtres jedi. Un plus tôt, maître Feyn a raconté comment il avait été capturé, envoyé sur Korriban pour être interrogé, avant que le jeune Drelganow de l'académie sith ne le sauve. Maître Feyn a alors demandé au Conseil le droit de former Drel comme son apprenti, le Conseil a donc voulu entendre Drel.
Une belle jedi fixe Drel de ses sublimes yeux bleu. "Pourquoi souhaites tu devenir un chevalier jedi ?"
Le jeune Chiss inspira afin de rassembler ses forces avant de commencer son récit.
"J'étais le seul Chiss à l'académie Sith. La vie d'un alien là-bas est déjà dure, les brimades, les insultes et les violences physiques sont monnaies courantes, mais lorsqu'en plus l'on est le seul de son espèce, on se retrouve le bouc émissaire, tout la haine et la colère des autres se déverse sur nous. Chaque jours nos instructeurs me répétaient que sans les siths, ceux de ma race m'auraient tué sans scrupules. J'étais seul, rejeté par les siths qui me méprisaient, rejeté par mes camarades qui passaient leur colère sur moi, rejeté par mon peuple qui me haïssait pour une raison qui m'était inconnue.
Il y a quelques jours, mes camarades ont décidé de me faire une blague. Ils m'ont enfermé dans un tombeau sith, j'étais le dernier du groupe et ils ont tous allié leur force pour sceller l'entrée à l'aide d'un énorme rocher. La dernière image que j'ai vu était mon instructeur qui explosait de rire devant leur initiative. J'étais seul dans le noir. Une peur primaire me saisit, je ne voyais rien, et chaque son me semblait annoncer un chien tuk'ata prêt à me dévorer. Je me suis alors souvenu de l'enseignement sith, je décidai de laisser la peur m'envahir et d'en tirer de la force. Je tentai de repousser le rocher, mais il ne fit que trembler. La peur me dévorait, j'hurlai, je me jetai contre la roche, je m'arrachait les ongles en griffant la pierre. Mais rien n'y fit. Alors je décidai de faire le contraire, je refusai à ma peur le droit de me contrôler. J'acceptai de ne rien voir, j'acceptai que derrière chaque son pouvait se cacher une bête horrible, j'acceptai que cet plaisanterie pourrait conduire à ma mort. Peu a peu j'acceptais la réalité et je gagnai en sérénité. J'avais toujours peur, mais ma peur ne m'empêchais plus d'agir.
Je m'assis alors sur la roche et me mis alors à réfléchir à un moyen de m'en sortir. Très vite mes pensées s'égarèrent et je pensai à mes camarades, ma haine à leur égard grandi dans mon ventre. Et alors je me rendis compte que c'était leur haine qui les avaient poussés à me jouer ce sale coup. Soudainement je pris conscience que cette haine les avait consumé pour faire d'eux ce qu'ils étaient maintenant. À ce moment ma haine et ma colère s'évanouirent faisant place à une profonde tristesse. J'avais pitié d'eux, leur haine les avait détruits. Je me sentais alors profondément serein.
Je sentais une force grandir en moi, une force d'une nature encore inconnue. Je la sentais coulée au travers de mon corps. Elle était chaleureuse, lumineuse, j'avais l'impression de retrouver une grande amie que je n'avais pas vu depuis de nombreuses années. Pour la première fois ma vie je me sentais heureux. Je reconnu la Force qui coulait au travers de mon être. C'est à ce moment que je décidai de quitter Korriban et d'abandonner la voie des siths. Je restai plusieurs jours assis sur la roche à communier avec la Force, puis le onzième jour après mon enfermement, je sentis que je devais sortir. Je me mis debout, levai la main droite, la paume vers le rocher et lui demandai mentalement de me laisser passer. Le rocher s'écarta.
J'ai eu du mal à ne pas éclater de rire en voyant la tête de mes camarades, ils me croyaient morts et me voilà de retour plus fringuant que jamais. Mon "exploit" m'attira même l'intérêt d'un seigneur sith. Cependant j'avais choisi, et je souhaitais quitter cette planète. Cependant quitter Korriban n'est pas chose facile. J'appris cependant l'arrivée d'un maître jedi sur la planète, j'y vis une excellente occasion à saisir. La nuit tombée, je volai une bure d'acolyte, fit avaler un somnifère au garde et me dirigeai avec maître Feyn vers les navettes de transport. La bure nous permit de ne pas éveiller l'attention des rares siths encore debout à une heure si tardive. Cependant arrivés à une navette nous vîmes le seigneur sith qui nous attendait. Maître Feyn décida de l'affronter et c'est grâce à lui que je suis ici, même si pendant le combat j'ai reçu un foudroiement sith dont je garde les séquelles."
Le jeune Chiss présenta au Conseil le côté droit de son visage entièrement tuméfié.
"Merci, je crois que nous avons tout ce que nous voulions savoir."

***Fin de l'enregistrement***
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Byggvir

avatar

Messages : 411
Date d'inscription : 09/11/2013
Localisation : surtout Lyon mais parfois Paris

MessageSujet: Re: Chevalier Drelganow   Dim 9 Fév - 12:09

-> Journal personnel
        -> Mission sur Aldraig IV, 12 ATC
                  -> Dossier 1: Mon arrivée sur Aldraig IV


- Aujourd'hui je suis arrivé sur Aldraig IV, j'ai appris que la reine recevait les nouveaux arrivants. Poussé par la curiosité, je me suis rendu au palais. Après mon long séjour sur Taris, la magnificence de ce bâtiment m’époustoufla. J'étais impatient de rencontrer cette femme dont l'on m'avait tant parlé. Après une courte attente, elle se présenta devant nous. Deux choses me frappèrent, la reine semblait extrêmement triste, même si j'en ignore la raison, d'autre part elle ne semble pas porter les jedi dans son cœur. J'espère que cela ne gênera pas la mission humanitaire. Malheureusement la reine ayant décidé de nous rencontrer individuellement, je dus partir avant mon tour, je ne pus ainsi pas me présenter devant elle. Je regrette d'avoir manqué cette occasion de proposer mes services de médecin à cette démocratie en reconstruction, mais je suppose que l'enclave aura suffisamment de tâche à me proposer pour que je me rende utile.

- Durant mon attente, j'ai rencontré le Maître Aiola, maître de l'enclave. J'appréhendai cette rencontre, pourtant tout c'est bien passé. L'on m'a évidemment posé les questions habituelles sur ma nature de chiss, cependant je n'ai pas eu à faire à la méfiance exacerbée que je connus à Taris. L'enclave s'annonce bien plus accueillante que je le pensais. Je dois avouer que cela m'attriste de devoir me justifier en toutes circonstances, même si cette méfiance est compréhensible. Je suis impatient de rencontrer les autres maîtres de cette nouvelle enclave, je suis sûr qu'ensemble nous pourrons embellir cette planète.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Byggvir

avatar

Messages : 411
Date d'inscription : 09/11/2013
Localisation : surtout Lyon mais parfois Paris

MessageSujet: Re: Chevalier Drelganow   Mar 11 Fév - 10:23

-> Journal personnel
-> Mission sur Aldraig IV, 12 ATC
-> Dossier 2: L'arrivée des novices


- Aujourd'hui les novices sont arrivés sur Aldraig, j'ai enfin pu rencontrer maître Husid et maître Thysis, seule maître Leen'eer me reste inconnue. Je ne passe que trop peu de temps à l'enclave, il y a tant à faire sur cette planète, j'espère la croiser sous peu. L'enclave s'agrandit ainsi de jeunes novices, notre enclave prend vie, peu à peu la routine s'installe.

- Je fus étonné de la facilité avec laquelle les autres jedi acceptèrent ma nature de chiss, je sens que je vais me plaire ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Byggvir

avatar

Messages : 411
Date d'inscription : 09/11/2013
Localisation : surtout Lyon mais parfois Paris

MessageSujet: Re: Chevalier Drelganow   Mer 12 Fév - 14:26

-> Journal personnel
-> Mission sur Aldraig IV, 12 ATC
-> Dossier 3: Le padawan Akina'a


- En retournant dans l'Enclave, j'ai croisé la padawan Akina'a. Cette jeune cathar m'inquiète, elle a un goût prononcé pour l'"action", ou plutôt une soif de combat qui a conduit à la déchéance de nombres de jedi plus sages qu'elle. Malheureusement, la padawan a perdu son maître et en cherche un nouveau, elle craint de prendre du "retard" par rapport aux autres padawans. Elle fait preuve de bien trop d'impatience même pour une jeune femme de son âge.
Fort malheureusement, elle pense avoir trouvé un nouveau maître en la personne de la "Faucheuse rouge". Cette faucheuse est un maître jedi déchu, rejetant la sagesse et la patience, valeurs cardinales de notre ordre, les qualifiant de lâcheté. Elle semble éprouver une soif inextinguible de combat, elle se dit guidée par l'"honneur", d'après elle, elle est une mercenaire qui ne se fait pas payer. Je ne pense pas que la jeune Akina'a puisse trouver pire maître, bien que la faucheuse ne se propose de l'instruire qu'au maniement du sabre, je crains qu'elle lui enseigne ses concepts moraux. La padawan s'engagerait alors sur la même voie que nombres des nôtres lors des guerres mandaloriennes.
Un autre chevalier et moi-même avons tenté de raisonner la padawan, et avons obtenu d'elle qu'elle consulte un des maîtres de l'enclave avant de suivre l'enseignement de la faucheuse. Cependant, je crains que la jeune Cathar revienne sur son engagement, je vais en parler à l'un des maîtres de l'enclave, je ne souhaite pas livrer cette jeune padawan à elle même.
La faucheuse s'est présentée comme l'ancien maître du jedi Muu, je devrai peut être me renseigner à ce sujet.

- Je crains qu'un grave événement ait eu lieu récemment, plusieurs jedi de l'enclave affichent une profonde tristesse. Cela me fait un sujet de préoccupation de plus. J'ai besoin de méditer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Byggvir

avatar

Messages : 411
Date d'inscription : 09/11/2013
Localisation : surtout Lyon mais parfois Paris

MessageSujet: Re: Chevalier Drelganow   Lun 17 Fév - 19:29

-> Journal personnel
-> Mission sur Aldraig IV, 12 ATC
-> Dossier 4: Le retour du chevalier disparu


- Cela fait plusieurs jours déjà que j'entendais ce nom au détour des couloirs, ce nom qui attisait la tristesse de nombre de jedi : le chevalier Prellam Orn. Pourtant c'est au cours d'une mission anodine que je croisai ce chevalier que tant pensaient perdu à jamais.
Je tentai encore une fois d'obtenir une entrevue avec la reine, cependant elle discutait avec maître Pandora, chevalier Dmitaar et princesse Kirilana. La princesse fit montre de l'élégance de la jeunesse, se montrant particulièrement sympathique avec les jedi présents. Le chevalier Nemmen patientait en retrait et je fis de même. Après le départ de la princesse, la reine remarqua ma présence et s'adressa à moi, cependant j'eus à peine le temps de me présenter, la reine reçut un holo message, l'informant de l’atterrissage en urgence d'un vaisseau. Elle me demanda alors de me rendre sur les lieux en même temps que les autres jedi présents. Je dois avouer que son attitude impérieuse me dérangea et je me permis de lui faire remarquer que j'étais non au service de sa majesté mais à celui de son peuple, différence qu'elle n'a malheureusement pas semblé saisir.

- Je décidai ainsi de me rendre sur les lieux, cette situation m'intriguait. Nous trouvâmes très vite le vaisseau qui s'était écrasé, et à notre grand étonnement, nous trouvâmes le chevalier Orn. Cependant aucuns de mes compères ne s'en formalisèrent, je décidai d'en faire autant, ne connaissant pas exactement les circonstances de sa disparition. À la suite d'une chasse à l'homme pendant laquelle le chevalier Orn nous abandonna pour coordonner nos efforts et utiliser les senseurs planétaires, nous arrivâmes devant un vaisseau républicain. Très vite nous remarquâmes qu'il était piégé. Je restai sur place avec le chevalier Nemmen afin de surveiller cet étrange vaisseau.

- J'appris plus tard que le maître Pandora et le chevalier Dmitaar avaient capturé le pilote du vaisseau. Je ne sais pas exactement ce qui lui est arrivé, mais j'espère tirer cela au clair le plus tôt possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Byggvir

avatar

Messages : 411
Date d'inscription : 09/11/2013
Localisation : surtout Lyon mais parfois Paris

MessageSujet: Re: Chevalier Drelganow   Mar 18 Fév - 12:43

-> Journal personnel
-> Mission sur Aldraig IV, 12 ATC
-> Dossier 5: La princesse de Firro


- "Il n'y a pas d'émotion, il y a la paix." Pourtant hier, je sentis la colère se répandre en moi, elle coulait dans mes veines, elle éclatait dans chacune des parcelles de mon corps. J'avais envie de hurler ma rage, mon dégoût. Je réussis cependant à me contenir, je pus contrôler mes émotions, même si une fois la reine hors de la pièce, je ne parvins à retenir ma rancœur.
Enfin commençons par le commencement, je m'étais encore rendu à la salle du trône afin de rencontrer la reine Mugiwara. Cependant une fois encore, je ne puis me présenter, une représentante de la république était déjà là, discutant avec la reine Mugiwara, je décidai d'attendre. Soudain, la princesse de Firro ainsi qu'un soldat, firent irruption dans la salle du trône. Le respect dont la reine fit preuve à l'égard de la princesse me laissa pantois, mais sans doute connaissait elle déjà les raisons de sa venue.
Pendant plusieurs minutes, la princesse de Firro exposa les souffrances de son peuple qui sombrait dans la famine, ne pouvant se remettre de l'assaut impérial sur leur planète. Elle raconta le sacrifice auquel son peuple avait consenti afin de permettre à la princesse de se rendre sur Aldraig IV. Loin de compatir à leurs malheurs, loin de rendre hommage au sacrifice des nobles soldats de Firro ayant sacrifié leur vie afin de permettre cette entrevue, la reine Mugiwara se borna à demander à la princesse de Firro ce qu'elle voulait, lui rappelant la détresse de la population d'Aldraig IV et insultant les "cons" qui avaient conseillé à la princesse de se rendre sur Aldraig IV.
Je conçois que la situation sur Aldraig IV est compliquée, plus que tout autre je m'en rends compte, je passe mes journées à me rendre là où le besoin de ma présence se fait sentir, usant de mes compétences de guérisseur, afin de soulager la douleur de cette population. Je sais que la reine doit assurer la protection de son peuple, je sais qu'une crise menace Aldraig IV. Cependant nous ne manquons pas de vivre, notre économie est dans une situation précaire, mais de la nourriture nous en avons tandis que Firro en a besoin plus que jamais. Mais plus que cela, c'est l'attitude de la reine qui me fit enrager. Une représentante de la république, deux jedi et la grande prêtresse de l'Etoile étaient présents, cependant la reine fit preuve d'un cruel manque de diplomatie, ignorant avec une terrible férocité la douleur de tout un peuple, absolument aucune empathie, aucune compassion, aucun respect. Cet attitude écœurante fut la cause de ma colère, comment rester impassible devant un tel étalage de cruauté. Je tentai de me raisonner, de me dire qu'une reine devait se montrer autoritaire, devait penser à son peuple avant tout. Mais l'autorité sans la compassion n'est pas la voie des grandes reines, mais des grandes dictatrices. Je crains qu'Aldraig IV est abandonner une dictature pour une autre, je crains que la reine Mugiwara, ancienne padawan, ne s'engage sur la voie des siths, je crains son nationalisme exacerbé qui la pousse à refuser de donner la nourriture qu'Aldraig possède cependant en quantité plus que nécessaire.
Il y a quelques jours déjà, avant d'être envoyé en mission sur "demande" de la reine, j'avais surpris une discussion entre la reine et le chevalier Dmitaar, où celui-ci évoquait une sith qui ressemblait étragement à la reine Mugiwara. Je n'avais jusque là pas prêté attention à cette discussion, mais la rencontre d'hier me pousse à reconsidérer cette information.
La situation sur Aldraig IV est complexe, la population va vivre des temps difficiles et l'Enclave devra faire face à de terribles défis. Plus que jamais nous devons être vigilants si nous voulons empêcher qu'Aldraig sombre dans les ténèbres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Byggvir

avatar

Messages : 411
Date d'inscription : 09/11/2013
Localisation : surtout Lyon mais parfois Paris

MessageSujet: Re: Chevalier Drelganow   Lun 3 Mar - 17:28

-> Journal personnel
-> De biens mauvaises retrouvailles, 4 BTC
-> Dossier 1: La mort de maître Feyn


Partager sa douleur permet de la diminuer. Je ne sais pas si cela est vrai, partager mes sentiments n'a jamais été ma qualité première. C'est pourquoi je commence ce journal par un événement qui s'est passé il y a plusieurs mois déjà, mais qui continue de hanter de mon âme. J'espère ainsi diminuer ma peine et enfin réussir à accepter la fin du plus grand homme que j'ai connu : maître Feyn. Il n'y a pas de mort, il y a la Force.

C'était une mission comme une autre, comme à notre habitude, maître Feyn combattait à l'avant tandis que moi, tout jeune chevalier, je donnais les premiers soins aux soldats blessés. Notre duo fonctionnait en parfaite harmonie, maître Feyn détruisait nos adversaires et moi j'empêchais que nos adversaires nous détruisent. En tant que maître et padawan nous étions de redoutables adversaires, en tant que maître et chevalier nous étions invincibles. Cependant rien n'est éternel. Nous combattions alors dans une ville-planète depuis un mois déjà. Notre dernière mission était de nous rendre à un petit avant-poste républicain qui depuis deux jours ne donnait plus de nouvelles. Nous nous attendions à le trouver sous un feu nourri, mais à notre arrivée, rien. Nulle âme qui vive, une vingtaine de cadavres entouraient la flèche qui abritait l'avant poste. L'attaque avait été d'une incroyable sauvagerie, un sabre laser avait tranché, démembré, lacéré les corps des soldats.
Nous montâmes les étages de la flèches en empruntant les escaliers, nous espérions trouver des survivants, mais nous trouvions seulement quelques groupes de cadavres, morts ensembles, les poches de résistances avaient été percées les unes après les autres. Quelques étages avant le sommet de la tour, je m'arrêtai devant un cadavre atrocement mutilé, comme si le bourreau se rendant compte de la fin imminente de sa boucherie, avait tenu à en profiter au maximum.
"Quelle bête est capable de telles atrocités ?"
Je serrai les poings, ce spectacle me révoltait, mon corps tout entier le rejetait. Maître Feyn me regarda, je lus la tristesse dans son regard.
"Voilà ce qu'il arrive lorsque l'on laisse sa rage l'emporter, Drel. Ne hais pas l'auteur de cette barbarie, car pour en arriver à une telle noirceur, il faut sombrer tout entier, il ne reste plus rien de l'être qu'il était autrefois. Pleure ce qu'il est devenu, prends en pitié ce reliquat d'âme qui subsiste en lui et conserve l'espoir qu'un jour il puisse comprendre et se repentir."
Maître Feyn reprit l'ascension de la flèche, après un dernier regard sur le cadavre, je le suivis.

Nous arrivâmes au sommet de la flèche, une grande salle, avec au centre un homme, ou plutôt un être vêtu d'une longue cape sombre en lambeaux. L'ombre éclata de rire, à ce niveau le carnage dépassait toute mesure, le gros des forces de l'avant poste s'y trouvaient. Nombres d'entre eux avaient été mutilés après leur mort. Je regardais l'ombre, son rire résonnait dans la salle. La bête sortit son sabre, je sortis le mien. Leur lumière éclairait la salle, le vert et le rouge se mêlant. Maître Feyn posa sa main sur mon torse, il secoua la tête, dégaina sa lame, ajoutant une teinte bleuté à la pièce.
"Couvre mes arrières, Drel, tu n'es pas de taille face à lui."
Il avança vers son adversaire, j'étais admiratif devant son calme. L'ombre montra ses dents et se jeta sur lui en rugissant, un coup de haut en bas, maître Feyn para avec facilité. Il projeta son adversaire plusieurs mètres en arrière, se ramassant sur elle-même l'ombre repartit en avant, un coup latéral aisément paré, une riposte à la tête. L'ombre esquiva, puis relança son attaque. Son style était brouillon, instinctif, mais sa férocité, sa vitesse et sa force palliaient son manque de technique. Maître Feyn parait et ripostait avec une efficacité redoutable, aucun mouvement en trop, ses gestes étaient fluides et assurés. Il avait raison, je n'étais pas de taille pour pareil combat. Je les regardais s'affronter, admiratif devant leur puissance. La rage de l'ombre n'était comparable qu'au calme du maître.
Soudain je sentis une présence derrière moi, je me retournai. Un mandalorien, vêtu d'une armure d'un noir de jais, sortit d'une pièce, il marchait lentement vers moi, un blaster dans chaque main. Je serrai mon sabre. Il soupira.
"Tout pourrait être tellement simple, suis moi sans faire d'histoire et peut être qu'il restera en vie."
Il pointa maître Feyn avec le canon de son blaster. Hurlant de rage, je me jetai sur lui. Il esquiva ma lame sans le moindre effort et me porta un coup au ventre qui m'envoya quelques mètres plus loin. Usant de la force je projetai une chaise sur lui, il se baissa pour l'éviter, mettant un genou à terre et vida ses chargeurs sur moi. Je fus réduit à parer les tirs avec mon sabre. Lentement il se rapprocha de moi. Subitement les tirs cessèrent, il déclencha son lance flamme. Lâchant mon sabre, je portai mes mains en avant, je me concentrai et stoppai les flammes avant qu'elles ne m'atteignent. Les flammes formèrent un mur devant moi. Un poing sorti des flammes, je reçu un coup à la tête, je me retrouvai sonné à terre.

Lentement je reprenais mes esprits. Le mandalorien avait le canon de son armes sur ma tête, il était accroupi à côté de moi et observait les deux autres combattants. Je tentais de me déplacer, profitant de son apparente inattention.
"Ne fais pas l'imbécile, tu as perdu ton combat, acceptes ta défaite et regarde jetti, tu es encore loin de l'égaler."
À quelques mètres de nous, maître Feyn et l'ombre continuaient de se battre. L'ombre virevoltait dans tous les sens, assaillant mon ancien maître de tous côtés. De sa lame, il se faisait une armure, chaque coup de la bête étaient parés, cependant il se contentait de se défendre. Le mandalorien soupira.
"Et je fais équipe avec un incapable pareil. Il ne se rend même pas compte qu'il répète inlassablement les même enchaînements. Il a déjà perdu."
Je tentais de voir un suite logique dans les mouvements de l'ombre je ne distinguais rien d'autre qu'une suite de gestes totalement chaotique. Pourtant comme pour donner raison au mandalorien, maître Feyn para un coup de sabre alors que l'ombre venait à peine de lancer son attaque, puis il envoya un objet sur la tête de la bête qui s'effondra inerte. Le mandalorien grogna.
"Sois sage, jetti, je reviens."
Maître Feyn haltait, regardant son adversaire à ses pieds. Le mandalorien utilisa son jet pack et fonça en avant. Maître Feyn eut à peine le temps de retourner avant de se faire percuter et de traverser la verrière, ils tombèrent dans le vide dans un grand fracas. Le sabre de maître Feyn lui échappa des mains et tomba sur le sol de la tour. Je me précipitai et contemplai le vide. Maître Feyn et le mando'ade se battaient à mains nues, tombant en chute libre. Aidé de son jet pack, le mandalorien pouvait se déplacer aisément. Maître Feyn offrait une solide résistance, mais il avait beau repousser son adversaire par le force, il revenait toujours. Il tenta alors une manoeuvre audacieuse, prenant appui sur le mandalorien, il se propulsa vers la flèche, déséquilibrant ainsi son adversaire. Frappant le bâtiment de ses pieds, il se jeta sur le mandalorien qui le reçu de plein fouet. Je peinais à distinguer leur mouvement, ils étaient loin maintenant et dangereusement proches du sol. Soudain son adversaire se détacha de maître Feyn. Il remontait grâce à son jet pack, maître Feyn poursuivait sa chute, tournoyant sur lui même. Je souris, le mandalorien avait abandonné, maître Feyn allait revenir et le battre. Le mercenaire arriva mon niveau.
"Un valeureux adversaire, ton maître, jetti. Cela faisait longtemps que je n'avais côtoyé la mort de si près. Il est mort en guerrier."
Il se posa et éteignit son jet pack. Comme pour approuver ses paroles, un bruit sourd retentit. Maître Feyn était mort, il s'était écrasé, non, je ne pouvais l'accepter. Maître Feyn ne pouvait être mort. Les larmes me montaient aux yeux. Je criai.
"Tu mens !
- Ton maître était un grand guerrier, ne salis pas sa mémoire en pleurnichant comme un gamin, aruetti."
Comment osait-il parler de maître Feyn ainsi, il l'avait tué. La rage m'envahit, grâce à la Force j'attrapai le sabre de mon défunt maître et me jetai sur son meurtrier. Il esquiva mon attaque avec une facilité déconcertante, me porta un coup au foie, puis à la tête, je m'effondrai inconscient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chevalier Drelganow   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chevalier Drelganow
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chevalier de la mort
» Dédicace au chevalier Martineau
» Chevalier Paladin enfin peint
» Chevalier du Grall (essai de peinture type kilt)
» Chevalier pégase bretonnien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Cercle de Pradzia :: Archives :: Ancien Rapports :: Aldraig IV-
Sauter vers: